Il fut un temps où l’on n’aurait pas imaginé un Confrontation sans Amado Jover. La photo de fin du festival sur les marches du Palais des congrès c’était lui, les photos des invités, historiens, acteurs, réalisateurs dans les pages de L’Indep c’était lui, mais, moins connues, les photos style Actors Studio qu’il offrait à ceux qu’il avait distingués c’était encore lui. Tous ceux qui ont eu l’honneur et le plaisir d’entrer dans son studio pour une séance de pose ont pu apprécier son professionnalisme exigeant et sa gentillesse sans failles. Car c’était sans doute ce qui frappait le plus chez Amado, une gentillesse dépourvue de calculs doublée d’une sourcilleuse efficacité. ll fut ce partenaire de Confrontation discret dont Marcel Oms soulignait l’indispensable présence en s’exclamant sur le mode de l’angoisse un peu feinte : « Mais il est où, Amado ?». J’aimerais croire qu’ils se retrouvent pour un verre de l’amitié, là bas, comme disait l’autre. Alors, à l’Amitié Amado !

2 Réponses

  1. guido convents

    Chers Amis,

    De nouveau un de mes amis, Amato, disparu.. En1979 je crois j’ai été invité par Marcel Oms …pendant quelques années Perpignan avec ses Confrontations et ses colloques étaient pour moi l’endroit « to be ».. et Amato était toujours là, avec sa camera.. Pour moi ce groupe d’organisateurs des confrontations des années 70 et 80 c’était un peu de la famille.. Leur influence est encore là.. dans mon festival de ciné africain ..en Belgique.. chaque fois quand je mène un debat après un film.. je pense à Marcel..et ses copains.
    Cordiallement
    guido

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.