Rendez-vous le mardi 26 juillet à partir de 17h pour une programmation cinéma spéciale CinéMOS.

L’Institut Jean Vigo et l’association U.I.S.C. s’associent pour une programmation cinéma autour du Street Art durant le MOS France (Meeting Of Styles) de Perpignan.
Le MOS est l’événement itinérant de référence en matière de Graffiti à l’échelle mondiale. La 7ème édition du MOS France 2016 se déroulera du 23 au 31 juillet à Perpignan. Ce Festival International de Graffiti est l’un des plus prestigieux de la planète et se déroule dans un lieu historique dans la magnifique cour de l’Arsenal.

A cette occasion, l’Institut Jean Vigo présentera 3 films :

Chats perchés de Chris Marker – France – 1h

Une balade poétique (et politique) sur les traces des dessins urbains de M. Chat. Un poème optimiste, mais réaliste et lucide où le graffiti du chat est aussi une sorte de tract à la fois dérisoire, existentiel et philosophique. Il y a un peu deux films en un dans Chats perchés, celui sur M. Chat et l’autre sur Marker et l’actualité. Mais ces deux films n’existent que l’un par rapport à l’autre.

Streetosphère de Tanguy Malibert & Quentin Largouët – France – 2 x 26 mn : Série Barcelone & New York

Tanguy Malibert et Quentin Largouet explorent l’art urbain. Ils sillonnent les villes du monde à la recherche des oeuvres les plus insolites et originales. Une plongée dans la culture urbaine de Barcelone, Buenos-Aires, Hambourg, New-york, Philadelphie, Vienner, Fort de France, Pointe à Pitre, Saint-Malo, Brest …nous offrent un véritable bouillon de vie créative. Derrière les murs, sous les trottoirs, sur les toits… Là où les artistes se réapproprient l’espace urbain comme espace de jeu et de création et le réinventent. Une vision multiple pour tenter de saisir, finalement, un portrait moderne et atypique de la ville…

Wild War de Karim Boukercha – France – 1h

Le document réunit quelques artistes parmi les meilleurs du graffiti français (LOKISS, LEK, RCF1, PSYCKOZE, JIWEE, MOZE, KEA, NASTY, TURS, JUNKY, EMOY…) mais, pour la première fois, ils ne sont pas juste présentés en une simple anthologie. Renouant avec les racines authentiques du graffiti et du mouvement hip-hop, il se propose de restaurer la compétition, l’émulation et la saine concurrence entre eux. Deux par deux, ils réalisent une fresque dans les mêmes conditions et dans le même temps imparti.

Entrée libre jusqu’à 18h

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.