Hommage à Francis Ford Coppola en 4 films

Ce dernier trimestre de la Saison de l’Institut Jean Vigo rend hommage au grand réalisateur Francis Ford Coppola à travers la sélection de 4 films :

Mardi 18 avril à 19h10
Apocalypse Now redux

Mardi 25 avril à 19h10
Coup de coeur

Jeudi 27 avril à 19h10
Cotton Club

Mardi 2 mai à 19h10
Twixt

Francis Ford Coppola

Dès l’âge de neuf ans, Francis Ford Coppola s’essaie à la réalisation de petits films à l’aide d’une caméra 16 mm. Par la suite, il étudie l’art dramatique au Hofstra College. En 1960, il entre à l’école de cinéma de l’UCLA. En 1961, il réalise son premier long métrage, Tonight for sure. Jusqu’en 1968, il travaille auprès de Roger Corman, nottamant sous le pseudonyme de Thomas Colchart, comme assistant, directeur de la photographie, ingénieur du son, producteur ou réalisateur de seconde équipe. Les films de l’époque relèvent du registre de l’épouvante ou de l’aventure (L’Halluciné, 1963). Puis Coppola réalise son premier grand film en Irlande, Dementia 13 (id.).

En 1966, la Seven Arts engage Francis Ford Coppola comme scénariste. Il signe notamment Propriété interdite de Sidney Pollack, Paris brûle-t-il ? de René Clément (1965), Reflets dans un oeil d’or de John Huston. Puis la Warner Bros lui confie la réalisation d’une comédie musicale dans le pur style hollywoodien, La Vallée du bonheur (1968) avec Fred Astaire en vedette. Mais Coppola se démarque très vite des conventions avec Les Gens de la pluie (1969), oeuvre quasi itinérante, mettant en scène, dans le paysage des motels et de la solitude urbaine, la rencontre d’un homme et d’une femme à la recherche de leur vraie vie. Coppola incarne alors la tête de file d’une génération montante de réalisateurs : la nouvelle vague hollywoodienne. Le succès fulgurant du Parrain, réalisé en 1971 pour la Paramount d’après le best-seller de Mario Puzo, avec Marlon Brando dans le rôle principal, le révèle au grand public. Mais pour Coppola, il ne s’agit que du premier mouvement d’une oeuvre symphonique, et deux autres films doivent en développer le thème : Le Parrain II (1974) et Le Parrain III (1990). En 1974, Conversation secrète, avec Gene Hackman, ordonne une réflexion puissante sur les effets destructeurs du pouvoir autour d’une enquête pleine de suspense sur les écoutes téléphoniques. En mars 1976, Coppola entame le tournage d’Apocalypse now aux Philippines. Il se heurte autant à des difficultés climatiques que sociales et financières. Inspiré du roman Au coeur des ténèbres de Joseph Conrad, le film aboutit au bout de trois ans à une vision hallucinatoire de la conquête guerrière, oscillant entre folie et lucidité. Coppola signe là un chef-d’oeuvre de lyrisme aux relents de tragédie grecque. En 1982, il applique les moyens de la technologie la plus avancée pour réaliser Coup de coeur, une comédie musicale avec Nastassja Kinski. En 1983, Outsiders (1982) et Rusty James (1983) révèlent de nouveaux acteurs tels que Tom Cruise, Mickey Rourke ou Nicolas Cage. Avec Cotton Club (1984), Coppola revient au grand spectacle pour le tableau complexe d’un milieu où évoluent tueurs et jazzmen. Dans Peggie Sue s’est mariée (1986), il fait revivre Katleen Turner vingt ans en arrière, à la suite d’un évanouissement. Après Jardins de pierre (1987) sur les traditions d’honneur de l’armée, Coppola réalise Tucker (1988), la biographie d’un homme d’ambition, incarné par Jeff Bridges. Puis il s’attaque au fantastique avec Dracula (1992). L’Idéaliste (1997), qui révèle Matt Damon, confronte la jeunesse héroïque à la corruption sociale. Après huit ans sans rien réaliser, Coppola tourne L’Homme sans âge (2005), l’adaptation d’un roman de Mircea Eliade, puis Tetro (2008), drame familial, dans un Buenos Aires en noir et blanc.

Autres activités

En 1969, Francis Ford Coppola fonde avec George Lucas la société de production The American Zoetrope, puis en 1971, la Director’s Company, avec Peter Bogdanovitch et William Friedkin. Il produit notamment Les Gens de la pluie (1969), American Graffiti (1973) de George Lucas et Kagemusha (1980) d’Akira Kurosawa.
Il réalise des spots publicitaires, notamment pour Martini ou Illycaffè.
Il dirige aussi des studios de la General Hollywood à Los Angeles et le magazine City de San Francisco.
Enfin, il est producteur de vins et de mozarella. Il vit dans le vignoble américain, à Nappa Valley.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.