Mardi 3 mars à 19h10, l’Institut Jean Vigo, en partenariat avec l’ACID (Association du Cinéma Indépendant pour sa Diffusion), reçoit le réalisateur Laurent Bécue-Renard autour de son film Of men and war sur le quotidien de douze soldats américains après leur retour du front irakien ou afghan.

Ce film est présenté dans le cadre du partenariat HEART – Imago Publica

Of Men And War, « Des hommes et de la guerre » est un documentaire poignant, une plongée dans les abysses d’une humanité fracassée auprès d’une douzaine de « vétérans », soldats américains revenus des guerres d’Irak ou d’Afghanistan, et souffrant de PTSD ou syndrome de stress post-traumatique. Leur corps est (à peu près) intact, leur âme, leur cœur, leur esprit sont un champ de ruines…

Laurent Bécue-Renard aura consacré cinq ans à la réalisation d’Of Men And War, passant d’abord des mois sans caméra pour apprivoiser les pensionnaires du Pathway Home, le centre créé en Californie par un thérapeute, Fred Gusman, un ancien du Vietnam. Voilà les gars, plutôt costauds, déambulant entre fatigue et rage. Disant leurs cauchemars, et préférant « ne plus dormir ». Prenant leurs médocs. Faisant un peu de sport. On rencontre leurs femmes aussi, dehors, découragées. Leurs enfants, parfois, perplexes. Ils sont assis en rond. La voix du thérapeute — on le voit à peine — dit : « Vous êtes des otages de votre séjour au front. »

Petit-fils d’anciens combattants de la Grande Guerre, Laurent Bécue-Renard tient son obsession des fantômes de guerre de son histoire personnelle.

Laurent Be¦ücue-Renard_portrait_HD_couleur_copyright_Camille_Cottagnoud_Alice FilmsEn 1995-96, il passe la dernière année de la guerre à Sarajevo comme rédacteur en chef du magazine Sarajevo Online, qui publiera ses Chroniques de Sarajevo. Après le conflit, il retourne en Bosnie-Herzégovine et se consacre à une réflexion sur les traces psychiques de la guerre en filmant sur plusieurs saisons le travail de deuil entrepris en thérapie par des veuves de jeunes combattants.

Le film qu’il en tire, De guerre lasses, est présenté dans une cinquantaine de festivals internationaux et plusieurs fois primé, recevant notamment le Prix du film de la Paix décerné au Festival international du film de Berlin. Deuxième volet d’une trilogie intitulée Une généalogie de la colère, Of Men and War [Des hommes et de la guerre] accompagne cette fois dans leur chemin intime de jeunes soldats américains revenus de guerres lointaines meurtris dans leur âme.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.