Jeudi 21 mai – 19h10 (avant la projection de HIC (de crimes en crimes) de György Palfi), l’Institut Jean Vigo aura le plaisir de recevoir Chahine Berriche pour la projection de son documentaire :
ZWEWLA. La projection sera suivie d’un débat avec le public.

Ce documentaire relate le premier procès politique après la révolution sous le gouvernement d’Ennahda. Il s’agit du procès de deux jeunes tagueurs Oussema Bouagila et Chahine Berriche, alias «Zwewla».

Samedi 3 novembre 2012, à 23h30 à Gabès, Oussema et Chahine ont tagué, sur un mur pas loin de l’ISET (Institut

Supérieur des Etudes Technologiques) de Gabés : «Al- Châab yourid hak ezawéli» (Le peuple veut le droit des déshérités, ndlr) et «Zawéli fi Tounes méyett hay» (le déshérité est mort-vivant en Tunisie, ndlr).
Arrêtés, ils ont été accusés de «taguer sans autorisation sur les murs de bâtiments publics, violer l’état d’urgence et propager de fausses informations portant atteinte à l’ordre public».
L’affaire de Zwewla a rapidement circulé sur les réseaux sociaux et des actions de mobilisation et de soutien aux deux jeunes ont été lancées sur les réseaux sociaux : artistes, activistes, personnalités politiques et autres citoyens dénoncent le procès de «Zwewla».
A cet effet ce documentaire intitulé « Zwewla… Mais on rêve » a vu le jour en février 2013, réalisé par Chahine Berriche et Fatma Lâazibi, avec un scénario de Mondher Berriche.
«Ce documentaire de 24 minutes a été réalisé simultanément avec le procès et les manifestations qui ont eu lieu pour soutenir Zwewla », déclare le scénariste.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.