Description de l'évènement

Sergei M. Einsenstein, URSS, 1938, 1H52, N&B
Sc. : S. M. Einsenstein, Piotr Pavlenko. Int.: Nicolaï Tcherkassov, Nicolaï Okhlopkov, Alexandre Abrikossov…
En 1242, la Russie ploie sous le joug mongol, tandis qu’à l’Ouest plane la menace, encore plus grande, que font peser les chevaliers teutoniques. Le chef d’un village de pêcheurs brandit l’étendard de la révolte et organise la résistance. De l’aveu même d’Einsenstein, Alexandre Nevski est un avertissement à l’Allemagne nazie et à ses velléités expansionnistes. Le souffle épique de cette grande symphonie visuelle est magnifié par la musique de Prokofiev.

HOMMAGE À JOSE BALDIZZONE
Portrait en 24 images / seconde…
Le cinéma qu’aimait José Baldizzone lui ressemblait : la distance et l’humour s’y mélangent mais se conjuguent avec l’indignation devant l’injustice sociale et plus surprenant peut-être un certain goût du lyrisme discret. Einsenstein et John Ford pour un certain lyrisme, Imamura et Renoir pour l’humour indigné, le néo-réalisme italien pour cette façon unique de dire le présent. Cet hommage à José est aussi un portrait cinéphilique et moral d’un ami dont l’aimable ironie nous manque et que le cinéma nous restitue.

alexandre-nevsky

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.