Description de l'évènement

Edward S. Curtis, USA, 1914, 1 h 07

Edward Curtis est célèbre pour avoir été LE photographe des Native Americans que nous appelons les Indiens d’Amérique. Né en 1868, ce fils de fermier ressentit très tôt sa vocation. il acquit une maîtrise parfaite de sa technique et se lança, de 1899 à 1930, dans un projet gigantesque : fixer par le texte, l’image et l’enregistrement sonore les traditions et les modes de vie de toute une population qui était en train de disparaître, celle des tribus indiennes. The Vanishing Race, sa photo la plus célèbre (1904), résume ce message mélancolique. Des 50 000 clichés qu’il réalisa en trois décennies, il tira l’illustration des vingt volumes de l’entreprise éditoriale la plus ambitieuse de l’histoire de la photographie : The North American Indian (1907-1930). Les photos de Curtis sont largement reconstituées mais pas truquées. Il demandait aux Indiens de revêtir leurs costumes traditionnels et de refaire les gestes coutumiers, comme le fera plus tard un Flaherty par exemple. Il les fait poser pour leur rendre leur grandeur et leur dignité. Ses images sont traversées par un sens du cosmos qui vise à rendre la présence du sacré dans cette culture. C’est dans le même esprit qu’il réalisa son seul film en 1914 dans les tribus du Nord-Ouest. Muet évidemment, le film est sonorisé avec des bruitages, paroles et des chants tirés de ses archives sonores. Il développe une intrigue minimale qui anticipe celle de Moana et permet de faire voir des rituels et des croyances encore en usage mais sur le point d’être effacés. Au-delà de son intérêt ethnographique, le rousseauisme qui baigne ce film, comme les photos de Curtis, aura une influence majeure sur la représentation des Indiens dans le western des époques ultérieures.

Scénario : E. S. Curtis.
Image : Edmund August Schwinke.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.