Description de l'évènement

David Lean, GB, 1962, 3 h 47

Ce film à grand spectacle et à vastes horizons désertiques retrace un épisode de la reconquête de la Palestine par les tribus arabes en révolte contre l’occupant turc. Nous sommes en 1918. Dans cette « guerre de décolonisation », les insurgés ont à leur tête un agent secret anglais connu sous le nom de Lawrence d’Arabie, personnage halluciné et fantasque, dont le but est de créer un Empire arabe allié à l’Angleterre. En 1962, ce libérateur pour le moins ambigu inspira à l’un des plus célèbres cinéastes britanniques une éclatante hagiographie. Le Lawrence idéalisé du film est un bel homme aux yeux bleus, à la silhouette élancée, doté d’un certain flegme aristocratique. À dire vrai, presque tout opposait le jeune Peter O’Toole choisi pour le rôle au véritable Lawrence, qui était petit, râblé, pas très beau. En plus d’une distribution prestigieuse réunissant Omar Sharif, Anthony Quinn et Alec Guinness, cette épopée grandiose tournée en 70 mm a également le désert pour vedette, océan de sable blond dont la beauté et la grandeur contribuent à la magnificence d’un personnage de légende. Sa splendeur immaculée est la traduction paysage d’un héros à la réputation pure et sans tache, devenu mythe de la grande Histoire.

Scénario : Robert Bolt, Michael Wilson, d’après T. E. Lawrence.
Image : Freddie A. Young.
Musique : Maurice Jarre.
Interprètes : Peter O’Toole, Omar Sharif, Anthony Quinn, Jack Hawkins…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.