Description de l'évènement

Jacques Feyder, France 1928, 1 h 20

Scénario : J. Feyder, d’après Robert de Flers et Francis de Croisset ; Image : Georges Périnal, Maurice Desfassiaux ; Interprètes : Gaby Morlay, Albert Préjean, Henry Roussell, Guy Ferrant…

Suzanne Verrier, du corps de ballet de l’Opéra, est entretenue par le Comte de Montoire-Grandpré, député de droite, et courtisée par un électricien du théâtre, Jacques Gaillac. Ce dernier se révèle être, au moment de la grève des transports, un des chefs de la gauche. Il est élu député, nommé ministre et Suzanne devient sa maîtresse…

« Dernier film muet de Feyder et dernier film avant son départ pour les USA. Satire très modérée, un peu pâle du parlementarisme, considéré globalement, sans que la droite ou la gauche soient plus vilipendées l’une que l’autre. Avec le temps, le film a acquis une valeur documentaire qui fait aujourd’hui son prix. On s’intéresse, hors de toute polémique, à ces tableaux d’un certain Paris de la IIIe République : vieux députés courtisant des petits rats dans le foyer de l’Opéra ; séances à la Chambre ; réunion syndicale dans une foire de banlieue. Les décors de Lazare Meerson sont excellents. […] À la grande surprise de Feyder lui-même qui n’avait voulu que transposer fidèlement à l’écran « une comédie légère et aimablement satirique, de bonne compagnie », le film fut d’abord interdit « pour atteinte à la dignité du Parlement et des ministres ». Après diverses tractations et des coupes minimes, il put enfin sortir, mais le parlant sur ces entrefaites était arrivé et son succès s’en trouva très amoindri. » (Jacques Lourcelles, Dictionnaire du cinéma, Les films)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.