Description de l'évènement

Greed

Erich von Stroheim, USA, 1924, 1 h 47

Jean Cocteau disait à propos de ce chef-d’oeuvre qu’il était le « film maudit par excellence ». Impossible de le contredire, tant il fut martyrisé par ses producteurs. La première version durait huit heures ; la seconde, réduite de moitié, fut encore jugée trop longue. La troisième, enfin, d’à peine plus de deux heures, reste la seule disponible aujourd’hui. Stroheim, s’estimant trahi, refusera de la signer. L’action commence dans une mine d’or souterraine où le héros, jeune célibataire épris de liberté, travaille dur. Vient ensuite le temps de la vie à deux. Mais une épouse maladivement avare transforme vite l’espace intime de la maison en une prison sinistre. N’en pouvant plus, l’homme s’échappe, tentant de recommencer une nouvelle vie. Pourtant, la vallée désertique dans laquelle il s’enfonce, malgré ses horizons immenses et ses promesses de liberté retrouvée, l’emprisonne bien davantage encore. Ainsi, plus les espaces s’ouvrent, plus, paradoxalement, le personnage devient captif. Le désert qui, au cinéma, fait si souvent rêver, n’est rien d’autre ici qu’une croûte de terre desséchée, craquelée comme une peau morte, ultime étape de la descente aux enfers. Dans ce film, les lieux traversés sont surtout les reflets subjectifs de la réalité vécue. Ils contribuent à l’expression de la lente évolution psychologique du héros déchu.

Scénario : E. von Stroheim, June Mathis, d’après Frank Norris.
Image : Ben F. Reynolds, William H. Daniels.
Interprètes : Gibson Gowland, ZaSu Pitts, Jean Hersholt, Dale Fuller…

ctoulouse_logo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.