Description de l'évènement

Vanishing point

Richard C. Sarafian, USA, 1971, 1 h 38

Vanishing point raconte l’histoire de Kowalski, qui s’est lancé un pari fou : relier en quinze heures Denver (dans le Colorado) à San Francisco (en Californie), soit un peu plus de 2 000 kilomètres sur les routes cabossées et poussiéreuses de l’époque. Une chevauchée fantastique à travers les déserts américains. Comme Duel de Spielberg, Point limite zéro est essentiellement composé de poursuites de voitures spectaculaires, de cascades impressionnantes. Mais c’est un film très graphique, où les automobiles ne cessent de se croiser, de dessiner des croix sur le sol du désert. Cette poursuite insensée prend un tour abstrait, celui de l’homme moderne pris par la vitesse, incapable de ralentir sa course vers le néant. L’épopée de Kowalski est commentée par un animateur de radio locale noir et aveugle (comme l’était Homère selon la légende), nommé Super Soul. C’est lui qui distille la bande-son du film et de l’époque, véritable petit chef-d’oeuvre à elle toute seule. Mais il vante et chante aussi les exploits automobiles de Kowalski, son courage et sa détermination à tromper les forces de police ! Kowalski va rencontrer beaucoup de personnages sur sa route, comme cette motarde totalement nue et angélique qui lui propose de satisfaire tous ses désirs. Il devra aussi subir de nombreuses épreuves. L’épopée de Kowalski rejoint celle des grands mythes grecs.

Scénario : Guillermo Cain, d’après Malcolm Hart.
Image : John A. Alonzo.
Musique : Jimmy Bowen.
Interprètes : Barry Newman, Cleavon Little, Dean Jagger, Victoria Medlin…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.