Description de l'évènement

Patricio Guzmán, France/Chili 2004, 1h40

Scénario : P. Guzmán ; Image : P. Guzmán ; Narration espagnole : P. Guzmán ; Narration française : Jacques Bidou.

« Je me souviens du 11 septembre 1973, jour sombre où l’Amérique fomenta un coup d’Etat pour abattre la révolution pacifique et démocratique qui se construisait dans mon lointain pays, le Chili, éliminant son Président de la République, Salvador Allende, ce « fils de p…» comme se plaisait à le dire Richard Nixon. Je n’oublierai jamais la brutalité de la dictature alors mise en place pour plus de 17 années, années de souffrance, de mort, d’exil et d’écrasement de la mémoire. Il est temps de se souvenir de Salvador Allende, cet homme atypique, révolutionnaire et fanatique de démocratie jusqu’au suicide, pour des raisons historiques certes, mais aussi pour sa cruelle actualité… » (Patricio Guzmán)

Le fil rouge du film de Guzmán, c’est l’éthique inébranlable d’un homme de conviction et de cœur. Changer la vie, sans trahir l’idéal de toute une vie. Il prend toute sa force, ici, dans les images tournées à chaud (certaines sont celles de La Bataille du Chili, comme dans cette séquence où l’on voit un propriétaire « remettre » ses terres à l’assemblée des paysans du village. Mais la clé de la tragédie finale, c’est l’ex-ambassadeur américain à Santiago qui la fournit aujourd’hui. Quand celui-ci déclare que la CIA et Nixon ont, évidemment, tout tenté pour l’éliminer. On comprend alors comment l’idéal incarné par Allende ne pouvait que se fracasser sur l’implacable réalité géopolitique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.