Description de l'évènement

Jacques Becker, France, 1960, 2h12

Gaspard, un jeune homme « comme il faut », est transféré dans une nouvelle cellule de la prison de la Santé, dans laquelle il apprend que ses codétenus ont décidé de s’évader en creusant un tunnel. Gaspard participe aux préparatifs et se lie d’amitié avec ses nouveaux camarades.

La force du film tient dans la reconstitution méticuleuse des gestes et des différentes phases du plan d’évasion. Certaines séquences sont tournées en temps réel. Le son est ici un fracas, comme si chaque coup porté, viscéral, était une question de vie ou de mort. Becker, malade, s’accrocha pour finir ce film et mourut quelques semaines avant sa sortie.

En expert, Jean-Pierre Melville considérait Le Trou, « et là, disait-il, je pèse bien attentivement mes mots, comme le plus grand film français de tous les temps ». Cinquante sept ans après sa réalisation, ce qui est sans doute l’un des plus beaux films de Jacques Becker demeure au moins un modèle de mise en scène ; une œuvre forte qui s’impose comme un film singulier, implacable par l’humanité de ses personnages et le grand souffle de la Liberté contrariée qui les anime.

Sc. :  Jean Aurel, Jacques Becker et José Giovanni d’après son roman ; Image : Ghislain Cloquet ; Musique : Philippe Arthuys

Int : Philippe leroy-Beaulieu, Marc Michel, Jean Keraudy, Michel Constantin, Paul Préboist

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.