«Le cinéma derrière les barreaux» propose de vous condamner à une visite rapide des prisons cinématographiques. Une première constatation s’impose. Sur 21 affiches, 12 proviennent de productions américaines. Les films dont l’action se passe en prison constituent un genre propre dont les Américains sont friands (reconnaissons que l’on retrouve à peu près les mêmes thématiques dans les autres cinématographies évoquées). Peut-être parce que ces films sont la preuve que leur justice fonctionne efficacement et qu’ainsi ils sont bien protégés.
Cependant, si certains films font l’apologie du système carcéral, ils sont bien plus nombreux à dénoncer les mauvaises conditions de détention (Brubaker, La ligne verte, Zonzon pour la France) mettant ainsi en avant l’esprit libéral et de réforme de l’Amérique. Autre raison majeure qui explique cet intérêt : les préparatifs d’évasion (il n’y a quasiment jamais de films de prisons sans évasions), sujet ô combien gratifiant pour un scénariste, combinent l’amour de la liberté au sens du pragmatisme (Mes six forçats, Fils de forçat, L’évadé de l’île du diable, Alerte au bagne, Papillon), la virilité y étant systématiquement érigée en spectacle. Ce n’est pas un hasard si des acteurs comme Jim Brown (ancien joueur de football) ou Steve McQueen se retrouvent en tête de distribution de ce genre cinématographique. De temps en temps les codes de ces films sont tournés en dérision, preuve du succès du genre, et ce n’est plus Steve McQueen mais… Woody Allen qui tient le haut de l’affiche (Prends l’oseille et tire toi, La prison en folie). Quand il s’agit de filmer les prisons de femmes, le discours devient plus pernicieux, le voyeurisme régnant en maître dans des séquences où tous les prétextes sont bons pour dénuder des prisonnières au physique de top model (Femmes en prison, Le bagne des filles perdues, La vie sexuelle dans les prisons de femmes). Ce penchant pour le voyeurisme se développe plus récemment dans l’univers masculin, avec l’accent mis sur le sadisme, la violence et l’homosexualité qui règnent dans les prisons contemporaines.Deux autres représentations des prisons apparaissent au cinéma. La première, évoquant l’histoire de la seconde guerre mondiale, décrit les camps de prisonniers et d’extermination. Si les premiers se rattachent indubitablement aux films d’évasions cités plus haut (La grande évasion, Les indomptables de Colditz), les seconds témoignent de la barbarie exterminatrice (Kapò). La seconde évoque surtout les prisons ou prisonniers politiques. Dans cet échantillon, pas de films américains, ce qui atteste bien de leur croyance en la justice de leur pays, mais des films sud-américains (Mémoires de prisons, Le baiser de la femme araignée), italien (Le général della Rovere) ou turc (Yol).Enfin, nous n’insisterons pas sur le pessimisme de John Carpenter, enfant terrible du film de genre, qui nous prédisait, dès 1997, un taux de criminalité record, faisant de l’île de Manhattan, le plus grand pénitencier du monde (New York 1997).

Exposition conçue et réalisée par l’Institut Jean Vigo à partir de ses collections.

Tarifs et conditions de location :
Les frais de transport et d’assurance clou à clou sont à la charge de l’exposant.
Pour les tarifs de location et tout autre renseignement merci de prendre contact avec Laurent Ballester ou Jacques Verdier :

Institut Jean Vigo
Arsenal – 1 rue Jean Vielledent
66000 Perpignan
Tél: 04 68 34 09 39
Fax: 04 68 35 41 20
ou par courriel :
Laurent Ballester : laurent.ballester@inst-jeanvigo.eu
Jacques Verdier : jacques.verdier@inst-jeanvigo.eu

L’exposition «Le Cinéma derrière les barreaux» consiste en 21 affiches entoilées. Voici, ci-dessous, les informations sur les films et les affiches représentés :

La prison en folie
d’Henry Wulschleger, France 1931
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Lithographie

Prends l’oseille et tire toi (Take the Money and Run)
de Woody Allen, USA 1969
Dimension: 160×120
Graphiste: René Ferracci
Procédé d’impression: Offset

Papillon
de Franklin J. Schaffner, USA/France 1973
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset

L’évadé de l’île du Diable (I Escaped from Devils Island)
de William Witney, Mexique/USA 1973
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset

Fils de forçat (Beyond This Place)
de Jack Cardiff, Grande-Bretagne 1959
Dimension: 160×120
Graphiste: Boris Grinsson
Procédé d’impression: Lithographie

Mes six forçats (My Six Convicts)
de Hugo Fregonese, USA 1952
Dimension: 160×120
Graphiste: Boris Grinsson
Procédé d’impression: Lithographie

Alerte au bagne (Prison Nurse)
de James Cruze, USA 1938
Dimension: 154×116
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Lithographie

Femmes en prison (Women’s Prison)
de Lewis Seiler, USA 1955
Dimension: 120×80
Graphiste: André Bertrand
Procédé d’impression: Lithographie

Le Bagne des filles perdues (Cárcel de mujeres)
de Miguel M. Delgado, Mexique 1951
Dimension: 160×120
Graphiste: Jacques Bonneaud
Procédé d’impression: Lithographie

La vie sexuelle dans les prisons de femmes (Diario segreto da un carcere femminile)
de Rino di Silvestro, Italie/USA 1973
Dimension: 160×120
Graphiste: Constantin Belinsky
Procédé d’impression: Offset

Brubaker
de Stuart Rosenberg, USA 1980
Dimension: 160×120
Graphiste: René Ferracci
Procédé d’impression: Offset

La ligne verte (The Green Mile)
de Frank Darabont, USA 1999
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset

Zonzon
de Laurent Bouhnik, France 1998
Dimension: 160×120
Graphiste: Pierre Collier
Procédé d’impression: Offset

New York 1997 (Escape from New York)
de John Carpenter, Grande-Bretagne/USA 1980
Dimension: 160×120
Graphiste: René Ferracci
Procédé d’impression: Offset

Yol
de Serif Gören, Turquie 1981
Dimension: 60×40
Graphiste: Yves Prince
Procédé d’impression: Offset

Mémoires de prison (Memórias do Cárcere)
de Nelson Pereira Dos Santos, Brésil 1984
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset

Le baiser de la femme araignée (Kiss of the Spider Woman)
de Hector Babenco, USA/Brésil 1985
Dimension: 160×120
Graphiste: Benjamin Baltimore / Betina Rheims
Procédé d’impression: Offset

Le général della Rovere (Il generale della Rovere)
de Roberto Rossellini, Italie/France 1959
Dimension: 80×60
Graphiste: Guy-Gérard Noël
Procédé d’impression: Lithographie

La grande évasion (The Great Escape)
de John Sturges, USA 1963
Dimension: 160×120
Graphiste: Georges Allard
Procédé d’impression: Offset

Les indomptables de Colditz (The Colditz Story)
de Guy Hamilton, Grande-Bretagne 1955
Dimension: 160×120
Graphiste: Jean Mascii
Procédé d’impression: Lithographie

Kapò
de Gillo Pontecorvo, Italie/France/Yougoslavie 1959
Dimension: 160×120
Graphiste: Symeoni
Procédé d’impression: Offset