En 1977, un vaisseau spatial envahissait les écrans en donnant l’impression de venir de la salle. La saga de LA GUERRE DES ETOILES venait de débuter et bouleversait le monde. Le choc fut immense car le film proposait des images et des mondes inédits et, nouvelles technologies obligent, l’imagination débridée des créateurs ne connaissait plus de limites.
Pour autant, la « saga des étoiles » n’est pas le simple fruit d’un George Lucas visionnaire. L’enfance du réalisateur est bercée par la lecture du premier magazine spécialisé dans la science-fiction : Amazing Stories.
Au début des années 30, Alex Raymond créa un nouveau personnage de bande dessinée de science-fiction destiné à la presse quotidienne: Flash Gordon. Six ans plus tard, le cinéma s’en empara pour porter ses exploits à l’écran sous forme de serial. George Lucas avoue avoir été beaucoup influencé par Flash Gordon et Buck Rogers lorsqu’il a écrit son scénario. Buck Rogers est le nom d’un autre héros de bande dessinée de science-fiction qui, lui aussi, a donné naissance à un serial en 1939. Pour ne citer qu’un seul exemple de cette influence, la planète Bespin de L’empire contre-attaque ressemble étrangement à la cité des hommes oiseaux de Flash Gordon.Malgré un mélange d’influences orientales (bouddhisme, code samouraï, costume « kimono » du héros, casque de Dark Vador…) et quelques traces de mythologie gréco-romaine (Ulysse, le terme même d’Empire…) « la trilogie spatiale de Georges Lucas transpose ouvertement dans l’univers du « space-opéra » les personnages et les structures narratives du cycle de la Table Ronde, mythologie celtique : d’un côté la quête du Graal, de l’autre celle de la Force. Pour cette quête, on retrouve les personnages de la geste arthurienne, autour de Luke Skywalker (« qui marche dans les cieux »), à la fois Arthur et Perceval (« qui parcourt les vallées »). Fils de trois pères – Vador le guerrier, Obi-Wan Kenobi le « prêtre », et son oncle le « cultivateur » (selon les trois fonctions duméziliennes), – Luke a trouvé chez Merlin (d’abord Kenobi, puis Yoda) l’initiation nécessaire. Amoureux de Leia/Guenièvre, il sera trompé par Han Solo/Lancelot. Une astuce finale de scénario lui apprendra qu’elle est en réalité sa soeur. L’inceste a été rétrospectivement évité, contrairement à la geste arthurienne où le roi engendre Morched avec Morgane, sa demi-soeur. On pourrait longtemps continuer sur cette voie, ou sur d’autres… » (Claude Aziza – Le Monde 19/3/89)
Il suffit de rappeler la prégnance de ces récits et leur retour permanent sous le masque de « l’héroic fantasy ». Georges Duby n’écrivait-il pas en 1980: « Mais je voudrais vous parler à présent d’un Moyen âge (…) qui fonctionne comme une mythologie (…) qui simplement se situe « bien loin dans le temps » et assez obscur pour qu’on y projette librement ses fantasmes présents, en leur donnant consistance de l’épaisseur du passé ».Le cinéma de science-fiction existait avant La guerre des étoiles et Georges Lucas a été nourri de ces films comme Planète interditeLe jour où la terre s’arrêta où le thème du robot lui inspirera sûrement les androïdes C3PO et R2D2. Et bien sur il ne faudrait pas oublier le grand film fondateur qui révolutionna le genre: 2001, L’odysée de l’espace. De l’aube de l’humanité au ballet des vaisseaux spatiaux, tout est déjà là, même si la quête de soi emprunte des chemins différents. Si Kubrick utilise la métaphore de l’os se transformant en vaisseau spatial pour résumer l’histoire de l’Humanité, Lucas va créer Chewbacca « l’homme singe » compagnon de Han Solo et C3PO l’androïde, les deux extrêmes de l’évolution humaine.
Le succès planétaire de la trilogie STAR WARS ne pouvait que provoquer des séquelles et autres imitations plus ou moins pâles de l’original. Les producteurs eux-mêmes de la saga ont rentabilisé l’affaire avec L’aventure des Ewoks. Des parodies plus ou moins réussies ont aussi vu le jour.
Cet immense succès va permettre également la naissance d’une autre grande saga galactique qui à l’heure actuelle devance celle de George Lucas par le nombre d’épisodes: STAR TREK. Il est intéressant de noter que si la naissance de STAR TREK au cinéma est postérieure à STAR WARS, la série télévisée dont elle est issue est bien antérieure. Celle-ci a probablement (tout comme COSMOS: 1999) influencé visuellement La guerre des étoiles. Le design aseptisé des intérieurs de vaisseaux ou les uniformes des armées de l’Empire en sont des exemples remarquables.

A thématiques proches, graphismes des affiches proches. La promenade qui vous est proposée à travers tous ces grands thèmes vous fera découvrir les étranges similitudes entre épées et sabres laser, tenues vestimentaires et casques venus du fond des âges pour des batailles de l’espace dans un futur des plus lointain. Vous y découvrirez également comment un film soviétique de l’ère Brejnev récupère l’esthétique architecturale de la planète Tatooine de STAR WARS et le look femme rasée de la belle Ilia, habitante de Delta de STAR TREK.

Nous espérons que cette exposition vous permettra de mieux appréhender cette « saga des étoiles ».
Que la force soit avec vous !

Exposition conçue et réalisée par l’Institut Jean Vigo à partir de ses collections.

Tarifs et conditions de location :
Les frais de transport et d’assurance clou à clou sont à la charge de l’exposant.

Pour les tarifs de location et tout autre renseignement merci de prendre contact avec Laurent Ballester ou Jacques Verdier :

Institut Jean Vigo
Arsenal – 1 rue Jean Vielledent
66000 Perpignan
Tél: 04 68 34 09 39
Fax: 04 68 35 41 20
ou par courriel :
Laurent Ballester : laurent.ballester@inst-jeanvigo.eu
Jacques Verdier : jacques.verdier@inst-jeanvigo.eu

L’exposition «Star Wars – Avant et Après» consiste en 17 affiches entoilées. Voici, ci-dessous, les informations sur les films et les affiches représentés :

Star wars 1: La menace fantôme (Star Wars: Episode I – The Phantom Menace)
de George Lucas, USA 1999
Dimension: 160×120
Graphiste: G. Drew
Procédé d’impression: Offset

La Guerre des étoiles (Star Wars)
de George Lucas, USA 1977
Dimension: 160×120
Graphiste: G. Drew
Procédé d’impression: Offset, Reprise 1996

L’Empire contre-attaque (Star Wars: Episode V – The Empire Strikes Back)
de Irvin Kershner, USA 1980
Dimension: 160×120
Graphiste: non-signalé
Procédé d’impression: Offset

L’Empire contre-attaque (Star Wars: Episode V – The Empire Strikes Back)
de Irvin Kershner, USA 1980
Dimension: 160×120
Graphiste: Tom Jung
Procédé d’impression: Offset

Le Retour du Jedi (Star Wars Episode VI – Return of the Jedi)
de Richard Marquand, USA 1983
Dimension: 160×120
Graphiste: Michel Jouin
Procédé d’impression : Offset

La guerre de l’espace (Wakusei daisenso)
de Jun Fukuda, Japon 1977
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset

2001, l’odyssée de l’espace (2001: A Space Odyssey)
de Stanley Kubrick, USA 1968
Dimension: 160×120
Graphiste: illisible
Procédé d’impression: Offset

2010 – l’année du 1er contact (l’odyssée continue) (2010)
de Peter Hyams, USA 1984
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset


La Folle histoire de l’espace (Spaceballs)
de Mel Brooks, USA 1987
Dimension : 160×120
Graphiste: C+D Millet
Procédé d’impression: Offset

Les Mercenaires de l’espace (Battle Beyond the Stars)
de Jimmy T. Murakami, USA 1980
Dimension: 160×120
Graphiste: non-signalé
Procédé d’impression: Offset

Flash Gordon (Flash Gordon)
de Mike Hodges, USA/GB 1980
Dimension: 160×120
Graphiste: FTC
Procédé d’impression: Offset

Excalibur (Excalibur)
de John Boorman, USA/GB 1981
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset

Star trek 1,  le film (Star Trek: The Motion Picture)
de Robert Wise, USA 1979
Dimension: 160×120
Graphiste: illisible
Procédé d’impression: Offset

Star trek III : à la recherche de Spock (Star Trek III: The Search for Spock)
de Leonard Nimoy, USA 1984
Dimension: 160×120
Graphiste: ns
Procédé d’impression: Offset

Androïde (Android)
de Aaron Lipstadt, USA 1982
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset

Dune (Dune)
de David Lynch, USA 1984
Dimension: 160×120
Graphiste: non signalé
Procédé d’impression: Offset