C-72-73-Ecrans-JaponN° 72/73 ⎜Novembre 2001 ⎜19 €

En trente ans d’existence (que nous évoquons en ouverture de la publication), Les CAHIERS DE LA CINEMATHEQUE n’avaient jamais traité du cinéma japonais. Ce numéro comble donc une lacune, au moins dans notre catalogue… car comment prétendre « servir à l’histoire du cinéma » en ignorant cette cinématographie majeure ?
Dans cette riche histoire nous avons retenu de présenter des moments moins connus comme le cinéma muet, le cinéma propagande ou le cinéma militant. Nous ne pouvions pour autant négliger des éléments emblématiques plus contemporains : le cinéma d’animation, deux auteurs de référence Imamura et Kitano, et de tout jeunes réalisateurs… Nous consacrons surtout une place importante aux liens, aux échanges réciproques entre le Japon et l’Occident à travers le cinéma. Deux œuvres peu connues : Keiko du canadien Claude Gagnon et A Viagem du franco-libanais Boustani,
illustrent de manière originale ces rapports qui se manifestent aussi dans l’œuvre de Kurosawa, dans l’esthétique de quelques cinéastes français, ou dans la figure légendaire d’un acteur comme Sessue Hayakawa…
Elaboré à partir de CONFRONTATION 37, ce numéro outre les rédacteurs habituels de l’équipe de l’Institut Jean Vigo, rassemble quelques-uns des meilleurs spécialistes de ce cinéma comme Jean-Paul Morel, ou Max Tessier. Il peut aussi, grâce à l’amabilité du Festival du cinéma muet de Pordenon-Sacile (que nous remercions vivement), présenter, en français de larges extraits du travail sur le cinéma muet japonais réalisé par David Robinson, Hiroshi Komatsu et Tonsonori Saiki. « Ecrans Japons » apporte ainsi informations inédites, points de vue originaux et matériaux utiles pour une meilleure connaissance du cinéma nippon.