A-90-91-De-l'Atalante-à-Jean-VigoDans le cadre du Pôle Régional Cinéma, Audiovisuel, Multimédia, Languedoc Roussillon.

Publié grâce au concours de la Direction Régionale de l’Action Culturelle (DRAC), de la Ville de Perpignan, du Conseil Général des Pyrénées-Orientales et du Conseil Régional Languedoc-Roussillon
N°90/91 ⎜Mars 2002 ⎜8 €

Complétez votre information sur le film L’Atalante, en consultant les deux articles suivant de Bernard Bastide :

Il y a plus de vingt ans, Marcel Oms proposait, avec l’accord de Luce Vigo, d’appeler Institut Jean Vigo le centre d’animation, et de recherches sur le cinéma qui allait rassembler et développer les activités d’associations plus anciennes : un ciné-club, « les Amis du Cinéma » créé en 1962, un festival, « Confrontation » depuis 1964, et des publications, « Les Cahiers de la Cinémathèque » 1971, « Archives » 1985…
En choisissant ce patronage il s’agissait, bien sûr, de rendre hommage à celui que Gilles Jacob surnomma un jour « le saint patron des cinéphiles ». C’était surtout affirmer que Vigo, tant l’homme, que ses écrits et que ses oeuvres, pouvaient, encore aujourd’hui et sans mimétisme naïf, être une référence forte pour les orientations et les interventions de l’Institut. Pour s’en tenir à un seul exemple notre recherche permanente des rapports entre cinéma et société, cinéma et histoire ne prolonge-t-elle pas le « vers un cinéma social », ou le « point de vue documenté » chers à Vigo ?
Aussi nous est-il apparu tout naturel, voire indispensable, que nous participions à la fièvre éditoriale qu’a suscitée l’inscription de L’Atalante dans des programmes scolaires. Ce numéro spécial d’Archives propose donc, à son tour, informations inédites, documents et réflexions qui permettront, nous l’espérons, de mieux connaître l’auteur et son oeuvre… et aussi l’approche du cinéma et de son histoire par l’Institut Jean Vigo.

Remerciements à Luce Vigo, à la BiFi et à la Cinémathèque de Toulouse.