Ida Lupino, une cinéaste à Hollywood

Pionnière du cinéma indépendant américain, Ida Lupino joua d’abord la comédie chez Raoul Walsh, Nicholas Ray, Robert Aldrich ou Fritz Lang, avant de s’imposer en tant que réalisatrice dans un milieu dirigé exclusivement par des hommes. Entre 1949 et 1953, elle réalise six films à fleur de peau sur les pires tabous de l’époque : le viol, l’adultère, la maladie…

« Ida Lupino possédait d’extraordinaires talents, dont celui de la mise en scène. On se souvient de son travail d’actrice exigeant et rayonnant, mais ses magnifiques réussites de cinéaste sont un peu restées dans l’ombre, ce qui est injuste… Les films de Lupino étudient les âmes blessées d’une façon très méticuleuse, et décrivent le lent et douloureux processus par lequel les femmes tentent de se battre avec leur désespoir, pour redonner un sens leur vie. Ses héroïnes sont toujours d’une grande dignité, à l’image de ses films. C’est une œuvre marquée par l’esprit de résistance, avec un sens extraordinaire de l’empathie pour les êtres fragiles ou les cœurs brisés. »

Martin Scorsese (Cahiers du Cinéma, n°500, mars 1996)

Jeudi 20 mai 19h

Avant de t’aimer 
(Not wanted)

Ida LUPINO

USA, 1949, 1h31 (Num.)

Int : Sally Forrest , Keefe Brasselle , Leo Penn…

Une jeune femme, un peu perdue, s’empare d’un bébé dans un landau. Elle part lentement, radieuse… mais la mère la rattrape et elle est arrêtée…

Ida Lupino, productrice, scénariste du film, prend en charge la réalisation quand le réalisateur, Elmer Clifton, est victime d’une crise cardiaque après trois jours de tournage. On est admiratif devant la maîtrise, la délicatesse, la retenue de cette débutante traitant un “sujet de société” important à l’époque : la situation des “filles mères”, qui aurait facilement pu devenir un mélodrame larmoyant mais reste plein de sensibilité et de pudeur.

JAUGE LIMITEE : réservez au 04 68 34 09 39 ou ci-dessous

Mardi 25 mai  19h

Outrage

Ida LUPINO

USA, 1950, 1h15 (Num.)

Int : Mala Powers, Tod Andrews, Robert Clarke…

Dans une petite ville américaine, Ann Walton, une jeune comptable, doit épouser Jim Owens. Elle est alors victime d’un viol et sa vie tourne au cauchemar. Ne supportant plus la sollicitude des uns ou la curiosité des autres, elle décide de changer radicalement de vie…

Outrage est le récit de cette lente guérison et Anne est un personnage central du cinéma de Lupino qui, passée réalisatrice, n’a cessé de mettre en scène des êtres blessés par la vie qui cherchent comment panser leurs blessures. Cette blessure, le viol, est un moment de cinéma magistral.

JAUGE LIMITEE : réservez au 04 68 34 09 39 ou ci-dessous

Jeudi 27 mai  19h

The Bigamist

Ida LUPINO

USA, 1953, 1h23 (Num.)

Int : Ida Lupino, Joan Fontaine, Emond O’Brien…

Un couple qui veut adopter un enfant est reçu dans une agence où l’employé annonce qu’il va enquêter sur leur vie privée. La réaction du mari l’intrigue… Encore une fois Ida Lupino surprend en traitant avec sobriété et délicatesse un sujet qui donne lieu habituellement à des vaudevilles plus ou moins gras ou à des mélodrames plus ou moins lacrymogènes. Comme dans ses autres films, elle le tire vers une peinture très nuancée d’êtres solitaires prisonniers d’une vie qu’ils n’avaient pas vraiment choisie – ici deux femmes et un homme.

JAUGE LIMITEE : réservez au 04 68 34 09 39 ou ci-dessous

Ida Lupino

Elle était  belle et brune avec des yeux violets.  Ida  Lupino aurait pu être  une énième star hollywoodienne mais elle fut bien plus que cela… En 1950,  à 32 ans, elle devint  ainsi la deuxième femme  de l’histoire (après Dorothy Arzner) à intégrer la prestigieuse Directors Guild of America — le syndicat des réalisateurs américains — créée en 1936.  Cette Anglaise piquante, née en 1918,  fut aussi la seule actrice  de la grande époque du cinéma  américain à être devenue “filmaker”.

Paradoxe : cette héroïne des temps modernes est l’une des grandes figures oubliées  de l’âge d’or hollywoodien, hormis Martin Scorsese qui la cita dans son incontournable documentaire Voyage à travers le cinéma américain (1995) où il énumère les films qui ont influencé son œuvre.

En 1949,  elle recrute Elmer Clifton pour réaliser Avant de t’aimer, dont  elle a coécrit  le scénario. Ce dernier tombe malade. Elle le remplace au pied levé, sans se créditer au générique. Mais sa carrière de cinéaste est lancée.  Sa signature aussi…

Avant de t’aimer, qui aborde le sujet des filles mères  dans  l’Amérique des années 1950,  se veut réaliste et va à l’encontre des rôles stéréotypés des héroïnes des œuvres  hollywoodiennes.

Faire face (1949) raconte le destin d’une jeune  danseuse qui, brusquement  paralysée, se voit forcée de re- noncer à son métier. Bigamie (1953), des dégâts  causés  par l’infidélité d’un mari incapable de choisir entre  ses deux vies.

Des films de femme ? Ida Lupino avait surtout une conscience
politique ainsi qu’un regard
social sur le cinéma
, qui a
été amplifié par sa rencontre, un soir de 1948, lors d’un dîner avec Roberto Rossellini. Ce dernier lui aurait dit : « Dans les films de Hollywood, la star devient folle, alcoolique ou meurtrière. Quand allez-vous faire des films ordinaires sur des gens ordinaires ? », raconte Antoine Sire. Cette interpellation du maître du néoréalisme italien  influencera durablement Ida Lupino, dont  les films constituent une plongée au cœur  de la classe moyenne et des drames qui s’y jouent quotidiennement pour  les femmes, mais aussi … pour  les hommes. Sans que jamais  la réalisatrice porte  un jugement quelconque sur l’un ou l’autre genre.  D’ailleurs, en 1953, elle explore  un autre registre et tourne aussi Le Voyage  de la peur, un film noir où les rôles principaux ne sont tenus  que par des hommes, et qui raconte le périple  de deux amis qui prennent en stop un tueur en série.

En 1954, The Filmmakers fait faillite, mais Ida Lupino poursuit sa carrière de réalisatrice pour la télévision, où elle dirige jusqu’en 1968 des épisodes de séries cultes comme Ma sorcière bien-aimée, La Quatrième Dimension, Alfred Hitchcock présente, Le Fugitif,
Les Incorruptibles, entre autres…
Elle meurt en 1995, à l’âge de 77
ans, à Los Angeles, des suites d’un
infarctus. La fille aux yeux violets est enterrée à côté d’Errol Flynn.

Marion Dupuis (extrait du dossier de presse)



							

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler avec l'institut Jean Vigo conformément à la politique de confidentialité du site.