Un été de cinéma en plein air à Perpignan !

Du 16 juillet au 13 août, la cinémathèque propose pour la première fois une saison de cinéma en plein air à Perpignan.
Rendez-vous tous les jeudis de l’été 2020, dans la cour de l’Arsenal, sous les étoiles.

Ecran géant, accueil en musique, glaces, bières et vin…
Des films familiaux, des années 50 à aujourd’hui, des films cultes, drôles ou émouvants…

Ouverture de la cour à 20h, film à 22h.Tarif unique 5 € à réserver en ligne

 

Le programme de cet été de plein air ?

 

cinméa plein air, comédie musicaleJeudi 16 juillet, 22h  :

Les Demoiselles de Rochefort, Jacques Demy, France, 1967

Delphine et Solange sont deux sœurs jumelles, nées sous le signe des Gémeaux. Elles vivent à Rochefort, et toutes deux rêvent de rencontrer le grand amour. En attendant de quitter Rochefort pour Paris, Delphine (Catherine Deneuve) donne des leçons de danse et Solange (Françoise Dorléac) enseigne le solfège. Leur mère, madame Yvonne, tient un café-restaurant où un marin « peintre et poète », rêve à son idéal féminin. Une grande kermesse se prépare et des forains arrivent en ville…

Jacques Demy transforme la ville de Rochefort en un théâtre de rencontres fortuites, coïncidences troublantes et marivaudages « superficiellement superficiels ». Du marin rêveur (Jacques Perrin) en quête de l’idéal féminin, au marchand de musique (Michel Piccoli) désespéré d’un patronyme ayant fait fuir la femme de sa vie, une ronde de personnages troublés par l’amour manifeste en chansons, sur la musique de Michel Legrand ses espoirs et craintes.

On retrouve aussi l’influence de la comédie musicale américaine et des films de Vincente Minnelli (Gene Kelly est d’une élégance toute minnellienne dans le film) mais, contrairement à la comédie musicale hollywoodienne où les numéros musicaux sont pour la plupart une illustration de l’action, le chant, la musique et la danse sont ici la raison d’être du film et de la vie des personnages, ce qui fait des Demoiselles de Rochefort la première et certainement la plus grande comédie musicale « à la française ». Ses couleurs éclatantes, ses chorégraphies élégantes et la partition musicale de Michel Legrand font des Demoiselles un film phare du cinéma français de la fin des années soixante.

Billetterie

 

Jeudi 23 juillet, 22h :

Dernier train pour Busan, Sang-Ho Yeon, Corée du Sud, 2016. V.O.S.T. (Film interdit aux moins de 12 ans.)

Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l’état d’urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu’à Busan, l’unique ville où ils seront en sécurité…
À mi-chemin entre le huis-clos et le film de morts-vivants, réalisé avec peu de moyens, Yeon Sang-ho aborde le film de zombies avec un mélange de sérieux et d’ironie extrêmement réjouissant : l’idée des personnages enfermés à bord d’un train, la férocité des zombies et l’hystérie totale des scènes d’agression clouent le spectateur au fauteuil et le prennent à la gorge. Dernier Train pour Busan peut être considéré comme l’un des symboles de la renaissance du cinéma de genre coréen après des années de crise.

 

Billetterie

 

Jeudi 6 août, 21h30 :

Certains l’aiment chaud, Billy Wilder, USA, 1959

Témoins inopinés d’un règlement de comptes entre gangsters, deux musiciens de jazz au chômage, Joe (Tony Curtis) et Jerry (Jack Lemmon) se voient contraints d’intégrer un groupe de jazz féminin sous les traits de Joséphine et Daphné. Leur couverture est parfaite jusqu’à ce que Joséphine tombe amoureuse de la chanteuse Sugar (Marilyn Monroe), qu’un milliardaire s’éprenne de Daphné et que les gangsters ne les retrouvent et ne décident de les éliminer.

À la fin des années cinquante, alors que la libération des mœurs ne fait que commencer, Billy Wilder concocte une comédie policière sur la confusion des sexes, doux euphémisme pour désigner l’homosexualité latente des deux protagonistes travestis. Loin de choquer, il obtient à l’époque l’un de ses plus gros succès au box-office et le film est universellement acclamé comme un chef-d’œuvre du cinéma comique, un classique qui bouscule les frontières de l’être et du paraître en jouant avec subtilité avec les codes du travestissement. Et plus de soixante ans plus tard, la recette de Billy Wilder fonctionne toujours pour cette comédie indémodable.

 

Billetterie

 

Jeudi 13 août, 21h30 :

Moonrise Kingdom, Wes Anderson, USA, 2012

Été 1965. Une île au large de la Nouvelle-Angleterre. Suzy, une adolescente ne trouvant plus sa place dans sa famille et Sam, petit scout mal-aimé de ses camarades tombent amoureux. Ils concluent un pacte secret et s’enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s’approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté.

Wes Anderson aime les histoires de familles déstructurées et les présente ici avec une vivacité burlesque qui fait de Moonrise Kingdom une comédie paradoxale où l’humour côtoie la mélancolie. Ce film rassemble en effet deux des grandes caractéristiques du cinéma de Wes Anderson : des personnages décalés et un goût prononcé du détail. Et la jouissance du réalisateur à l’inventaire, à la cartographie et à l’accumulation est communicative et transporte le spectateur dans un univers onirique sur lequel la réalité n’a aucune prise.

 

Billetterie

 

Retrouvez le programme complet sur Facebook, Allociné, Le Petit Agenda, L’Independant, l’Office de Tourisme de Perpignan, le Comité départemental du Tourisme

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler avec l'institut Jean Vigo conformément à la politique de confidentialité du site.