Les films

Près de 80 films au programme autour de la thématique “Filmer le temps présent” !

Tous nos films sont présentés : par les réalisateurs ou professionnel du cinéma qui y ont participé,  les historiens de l’Institut d’Histoire du temps présent, par les membres de l’Institut Jean Vigo.
Tous nos films sont projetés au cinéma Castillet.

La liste des films diffusés, les tables rondes et conférences par thème : 

  • Le programme de janvier !

    On se retrouve dès le 4 janvier tous les mardis et jeudis à 19h, avec un mois de janvier très riche : un cycle consacré à Giono, au Festival Maghreb si loin si proche, une thématique sur la frontière… Et un grand film méconnu de Dennis Hopper, tout juste re-sorti pour commencer la saison ! […]

  • Luce, à propos de Jean Vigo [Mardi 14 novembre]

    Mardi 14 novembre à 19h30 : Luce, à propos de Jean Vigo de Leïla Férault Lévy, documentaire, France, 2016, 1h. Luce, quatre-vingts ans passés, ouvre pour la première fois à son fils la malle aux archives de ses parents, morts quand elle était enfant. Son père était le cinéaste Jean Vigo. Luce, à propos de […]

  • Le programme de janvier !

    On se retrouve dès le 4 janvier tous les mardis et jeudis à 19h, avec un mois de janvier très riche : un cycle consacré à Giono, au Festival Maghreb si loin si proche, une thématique sur la frontière… Et un grand film méconnu de Dennis Hopper, tout juste re-sorti pour commencer la saison ! […]

  • Luce, à propos de Jean Vigo [Mardi 14 novembre]

    Mardi 14 novembre à 19h30 : Luce, à propos de Jean Vigo de Leïla Férault Lévy, documentaire, France, 2016, 1h. Luce, quatre-vingts ans passés, ouvre pour la première fois à son fils la malle aux archives de ses parents, morts quand elle était enfant. Son père était le cinéaste Jean Vigo. Luce, à propos de […]

Allemagne : de la chute du Mur au nouveau cinéma allemand

Adieu l’hiver de Helke Misselwitz, RDA, 1989, 1h52

Peu avant l’effondrement de la RDA, des femmes dévoilent leurs frustrations personnelles et professionnelles, leurs espoirs et leurs aspirations, dessinant le portrait d’une société en mutation.

Dimanche 28, 10h

Du nouveau à Wittstock de Volker Koepp, Allemagne, 1992, 1h36

Dans l’ex-RDA, les espoirs déçus de quatre ouvrières qui attendaient beaucoup, peut-être trop, de la réunification, et sont confrontées aux exigences du système capitaliste.

Samedi 27, 14h

Berlin is in Germany de Hannes Stöhr, Allemagne, 2001, 1h30

Un détenu, condamné en RDA, sort de prison dix ans après la chute du mur, dans un ailleurs dont il n’a qu’une connaissance télévisuelle et va être confronté à ce nouveau monde.

Vendredi 26, 14h

Good Bye, Lenin ! de Wolfgang Becker, Allemagne, 2003, 1h58

Pour épargner à sa mère un choc qui pourrait lui être fatal, un jeune Berlinois de l’ex-RDA lui cache la chute du Mur, au prix d’une mise en scène très compliquée.

Vendredi 26, 9h15

De l’autre côté du mur de Christian Schwochow, Allemagne, 2013, 1h42

Fin des années 70, une jeune Allemande de l’Est émigre à l’Ouest, espérant commencer une nouvelle vie, mais elle se retrouve dans un camp de réfugiés à Berlin Ouest, interrogée par les services de renseignement.

Vendredi 26, 10h

Allemagne année 90 neuf zéro de Jean-Luc Godard, France, 1991, 1h02

En contrepoint des films de cinéastes allemands programmés, un point de vue sur le jour d’après la chute du mur, aussi personnel que fascinant.

Vendredi 26, 16h

Junk Movie de György Szomjas, Hongrie, 1992, 1h30

À grand renfort de dialogues décalés et d’humour visuel, le film évoque la chute du communisme en Hongrie, vécue par ceux qui sont aux marges de la société.

présenté par Mario Adobati (IHTP)

Samedi 27, 14h

Table ronde 

Le cinéma sous surveillance, de l’ex RDA à la Russie actuelle

avec François Croquette (IHTP), Johann Chapoutot (IHTP, Mario Adobati (IHTP)

La chute du Mur a-t-elle permis aux cinématographies des pays de l’Est de s’affranchir des pressions du pouvoir ? L’économie ultra-libérale de ces pays favorise-t-elle le développement d’un cinéma Indépendant et critique ?

Autour de la contre-culture musicale

This is England de Shane Meadows, GB, 2006, 1h37

Garçon solitaire, Shaun rencontre un groupe de skinheads locaux. Avec eux, il a l’impression de devenir quelqu’un. Mais les choses se compliquent quand le leader du groupe, raciste viscéral, sort de prison.

Jeudi 25, 21h – Samedi 27, 10h

Babylon de Franco Rosso, GB, 1980, 1h35

Les tribulations d’une bande de jeunes Afro-caribéens londoniens passionnés de reggae, privés de droit à cause de leur couleur de peau, dans une Angleterre en crise.

Vendredi 26, 21h

Des jeunes gens mödernes de Jean-François Sanz, France, 2015, 1h20

Projet multi-supports. Avant d’être un film de cinéma, Des jeunes gens mödernes fut une exposition à la “galerie du jour agnès b.”, et une compilation de musique rock des années 1978 à 1983, sortie notamment sous le label “naïve”.

en présence du réalisateur Jean-François Sanz

Samedi 27, 18h

Derrière le mur, la Californie de Marten Persiel, Allemagne, 2012, 1h33

Lorsque le skate arrive en Allemagne de l’Est, c’est une révolution pour la jeunesse. Ce documentaire témoigne de l’élan de vie d’une génération qui, grâce au skate, a pu s’émanciper du carcan politique.

Mercredi 24, 21h

Conférence

Le jazz comme contre-culture musicale

par Claire Dumoulin (IHTP) et Christian Delage (IHTP)

Le jazz a été un élément important de la contre-culture. L’est-il encore ou est-il devenu un opus poussiéreux, nostalgique d’une époque révolue ? Est-il encore politique ?

Une économie devenue folle : les vainqueurs du système

Lord of War de Andrew Niccol, USA, 2005, 2h02

L’irrésistible ascension d’un marchand d’armes qui trouve en Afrique un terrain propice pour son activité criminelle, devenant le fournisseur d’un tyran sanguinaire.

Mercredi 24, 18h45

Le Direktør de Lars von Trier, Danemark, 2006, 1h40

Le patron d’une entreprise s’est caché derrière un directeur fictif pour prendre les décisions impopulaires. Il va devoir embaucher un comédien pour donner chair à ce personnage imaginaire.

Mercredi 24, 21h15

Margin Call de J. C. Chandor, USA, 2011, 1h47

Une banque d’affaires grevée d’avoirs toxiques va chercher à se débarrasser en quelques heures de ces produits indésirables au risque assumé de déclencher une grave crise financière.

Vendredi 26, 17h30

Le Loup de Wall Street de Martin Scorsese, USA, 2013, 2h59

L’ascension d’un loup de la finance, charismatique leader dénué de scrupules, cynique et doté d’une inébranlable confiance en soi (soutenue par une effarante consommation de cocaïne).

Dimanche 28, 9h

Une économie devenue folle : les exploités / les combats

Une histoire italienne de Claudia Tosi, It./Fr., 2018, 1h24

Deux élues italiennes évoquent les raisons de leur engagement politique et font part de leurs désillusions, de leurs difficultés face à d’autres élus ou des passants peu réceptifs.

Dimanche 28, 14h

Ceux qui travaillent de Antoine Russbach, Fr/Bel/Sui, 2019, 1h42

Cadre supérieur dans une grande compagnie de fret maritime, Frank, prend – seul et dans l’urgence – une décision qui lui coûte son poste. Le voilà contraint de remettre toute sa vie en question.

En présence du réalisateur

Samedi 27, 19h

Sorry We Missed You de Ken Loach, GB, 2019, 1h40

À Newcastle, un ouvrier, Rick, pense s’en sortir en intégrant une société de livraison où chacun est son propre patron et libre de gagner plus en travaillant plus. Il travaille 14 heures par jour et 6 jours par semaine…

Mercredi 24, 9h30

L’Usine de rien de Pedro Pinho, Portugal, 2017, 2h57

Une nuit, des travailleurs surprennent la direction en train de vider leur usine de ses machines. Pour empêcher la délocalisation de la production, ils décident d’occuper les lieux. Un collectif imagine de nouvelles façons de travailler.

Mercredi 24, 19h

A touch of Sin de Jia Zhangke, Chine, 2013, 2h10

Quatre personnages, quatre histoires, quatre provinces, un seul et même reflet de la Chine contemporaine : celui d’une société au développement économique brutal peu à peu gangrenée par la violence.

Dimanche 28, 14h

Le Crépuscule du socialisme magique de Michele Calabresi, GB, 2016, 1h18

Documentaire expliquant le processus politique appelé socialisme du XXIe siècle, un mouvement qui a alimenté l’espoir de nombre de Vénézuéliens mais enrichi seulement quelques-uns et dont les conséquences ont été tragiques pour le pays.

Mercredi 24, 16h30

présenté par Evelyne Sanchez (IHTP)

Leave No Trace de Debra Granik, USA, 2018, 1h49

Tom a 15 ans. Elle habite clandestinement avec son père dans la forêt qui borde Portland, Oregon. Limitant au maximum leurs contacts avec le monde moderne, ils forment une famille atypique et fusionnelle.

Mercredi 24, 14h – Dimanche 28, 17h

Les migrations

Fuocoammare, par-delà Lampedusa de Gianfranco Rosi, Italie, 2016, 1h54

Samuele a 12 ans et vit sur une île au milieu de la mer. Cette île s’appelle Lampedusa et c’est une frontière hautement symbolique de l’Europe, traversée ces 20 dernières années par des milliers de migrants en quête de liberté.

Samedi 27, 21h

Atlantique de Mati Diop, Sénégal, 2019, 1h45

Banlieue de Dakar. Ada doit se marier avec Omar, mais elle aime Souleiman, un ouvrier qui s’est embarqué sur une pirogue pour rejoindre l’Espagne. Dix jours plus tard, lors du mariage d’Ada, certains assurent avoir aperçu Souleiman…

Samedi 27, 18h30

Soy Nero de Rafi Pitts, All./Fr./Mexique, 2016, 2h

Pour devenir citoyen des États-Unis un jeune immigré s’engage dans l’armée et part combattre en Irak. S’il en revient, il aura (peut-être) un avenir meilleur.

Dimanche 28, 14h

Atelier de conversation de Bernhardt Braunstein, Fr./Autriche, 2018, 1h12

À Paris, des étrangers, étudiants, réfugiés…, participent à un « atelier de conversation » pour mieux s’intégrer. Les débats font ressortir les différences culturelles.

Samedi 27, 16h30

Un monde insécure : guerres et terrorisme

Sympathie pour le diable de Guillaume de Fontenay, France, 2019, 1h40

Sarajevo, novembre 92. Le reporter de guerre Paul Marchand nous plonge dans les entrailles d’un conflit fratricide, sous le regard impassible de la communauté internationale. Il devra prendre parti.

en présence du réalisateur

Dimanche 28, 16h30

La Voix d’Aïda de Jasmila Žbanić, Bosnie/All./Fr., 2020, 1h41

À Srebrenica, Aïda est traductrice pour les forces de l’ONU. Elle a donc accès à des informations affolantes pour elle, sa famille, ses concitoyens.

Jeudi 25, 14h

Redacted de Brian De Palma, USA/Canada, 2007, 1h30

La guerre en Irak vécue par une poignée de soldats américains et vue à travers de multiples types d’images.

présenté par Alain Zind & Antoine Rocipon (IHTP)

Vendredi 26, 20h30

Un jour dans la vie de Billy Lynn de Ang Lee, USA, 2017, 1h53

Billy Lynn faisait partie d’un régiment d’infanterie en Irak. Ayant survécu à une attaque, il est érigé en héros. Et c’est avec ce statut que l’administration Bush, désire le voir parader au pays… avant de retourner au front.

Jeudi 25, 16h

Le Chant du loup de Antonin Baudry, France, 2019, 1h56

C’est l’histoire d’une “oreille d’or”. Ces sous-mariniers qui ont le don rare d’entendre et d’identifier les bruits sous l’eau, et qui ont une énorme responsabilité dans les SNLE : les sous-marins nucléaires lanceurs d’engin.

présenté par Vincent Guigueno (IHTP)

Dimanche 28, 10h

Extrêmement fort et incroyablement près de Stephen Daldry, USA, 2012, 2h08

Un an après la mort de son père dans les attentats du World Trade Center, un jeune New-Yorkais de 11 ans découvre une clé dans les affaires du défunt. Il se met en tête de trouver la serrure qui correspond à la mystérieuse clé.

présenté par Jocelyn Dupont (UPVD)

Mercredi 24, 10h

Inédit en salle Fatwa de Mahmoud Ben Mahmoud, Tunisie, 2018, 1h42

Un Tunisien installé en France enquête sur la mort suspecte de son fils en Tunisie. Il découvre que celui-ci militait au sein d’une organisation salafiste.

en présence du réalisateur

Alénya (salle M. Oms), Mercredi 24, 20h30 – Cinéma Castillet, Jeudi 25, 20h30

Night Moves de Kelly Reichardt, USA, 2013, 1h52

Trois écologistes radicaux décident de s’associer pour faire sauter un barrage hydroélectrique mais le décès d’un campeur sur les rives du lac les fait douter du bien-fondé de leur action.

Jeudi 25, 21h30 – Samedi 27, 10h

Conférence

Le chant du loup : incarner les marins, filmer la dissuasion nucléaire

par Vincent Guigueno (IHTP)

Comment aujourd’hui filmer la dissuasion nucléaire ? À partir du film Le chant du loup se pose cette question hautement cinématographique. Comment filmer un concept ? Comment filmer les corps de ceux chargés de l’incarner ?

Conférence

Le cinéma de l’après-11 septembre

par Jocelyn Dupont (UPVD)

Presque vingt ans après l’irruption sur les écrans du monde entier des deux avions percutant les tours jumelles, on s’interrogera sur la manière dont le cinéma, principalement américain, a tenté de s’emparer voire de se réapproprier cet « excès de réel ».

Pandémies

Contagion de Steven Soderberg, USA, 2011, 1h50

Une pandémie dévastatrice explose à l’échelle du globe… Propagation de la maladie, mobilisation des soignants, des chercheurs… la covid 19 filmée par anticipation.

Vendredi 26, 18h30

Un compagnon de longue date de Norman René, USA, 1990, 1h38

Premier long métrage sur le sida : la vie d’un groupe d’amis bascule quand certains sont frappés par la maladie, encore inconnue. L’émotion n’exclut pas les scènes tendres ou drôles.

En partenariat avec LGBT+66

Samedi 27, 16h30

La Maladie de Hambourg de Peter Fleischmann, RFA, 1h57

Une épidémie frappe Hambourg. La maladie étant inconnue, la panique gagne la ville, les autorités prennent des mesures draconiennes, la désinformation est la règle.

Jeudi 25, 18h15

Pandémie de Kim Sung-soo, Corée du Sud, 2014, 2h01

En Corée, un mal mystérieux frappe la population, prise de panique. Les soignants sont débordés, les politiques tentés par des solutions radicales.

Dimanche 28, 16h30

Un monde insécure : la prise de conscience écologique

Still Life de Jia Zhangke, Chine, 2007, 1h48

À la recherche de parents, un homme et une femme se rencontrent dans la ville de Fenjge, vallée des Trois Gorges, en amont du plus grand barrage du monde. Aujourd’hui, immeubles, rues, quartiers ont été engloutis sous les eaux du barrage.

Dimanche 28, 10h

Promised Land de Gus Van Sant, USA, 2013, 1h46

Deux employés d’une grande firme spécialisée dans l’extraction du gaz de schiste parcourent des campagnes américaines aux potentiels gisements, afin de convaincre les habitants de laisser l’entreprise exploiter leurs terrains.

Vendredi 26, 9h15

Charlie’s Country de Rolf de Heer, Australie, 2014, 1h48

Alors que le gouvernement amplifie son emprise sur le mode de vie traditionnel de sa communauté, Charlie, un ancien guerrier aborigène décide de retourner vivre dans le bush à la manière des anciens.

Vendredi 26, 20h30

Fukushima, le couvercle du soleil de Futoshi Sato, Japon, 2019, 1h30

Le 11 mars 2011, le Japon est secoué par un séisme, suivi d’un tsunami et de la triple catastrophe nucléaire de Fukushima. L’équipe du Premier ministre, Naoto Kan, tente de faire face à cette situation.

Jeudi 25, 18h30

Pompoko de Isao Takahata, Japon, 1994, 1h59

Dans une montagne au sud de Tokyo, les Tanukis (chiens viverrins) mènent une vie tranquille au côté des paysans humains sans les ennuyer. Un jour, une dispute éclate entre deux clans autour de la nourriture qui se raréfie.

Mercredi 24, 9h30 – Vendredi 26, 14h

Wall-E de Andrew Stanton, USA, 2008, 1h38

Wall-E est un petit robot attachant, mais aussi terriblement solitaire. En 2800, il est la dernière créature « vivant » sur Terre, la planète ayant été abandonnée. Il continue à exécuter la tâche qui lui a été assignée : compacter les déchets.

Vendredi 26, 9h15

Le Garçon et le Monde de Alê Abreu, Brésil, 2014, 1h20

À la recherche de son père, un garçon quitte son village et découvre un monde fantastique dominé par des animaux-machines et des êtres étranges. 

Mercredi 24, 9h30

 

La Tortue rouge de Michael Dudok de Wit, Belgique/France, 2016, 1h20

À travers l’histoire d’un naufragé sur une île déserte tropicale peuplée de tortues, de crabes et d’oiseaux, La Tortue Rouge raconte les grandes étapes de la vie d’un être humain.

Jeudi 25, 9h15 et 14h

Bonjour le monde ! de Anne-Lise Koehler et Éric Serre, France, 2019, 1h01

Des animaux en papier mâché évoluent dans de superbes décors pour raconter la vie de la faune et de la flore des campagnes et sensibiliser à la préservation de la nature.

Jeudi 25, 9h15

Conférence

Cinéma et écologie

par François Croquette (IHTP)

Si la conversion écolo de la filière du cinéma est récente, il existe une tradition plus ancienne de films sur l’environnement. Les films américains ont souvent pris pour héros les lanceurs d’alerte, le cinéma français privilégiant davantage la voie du documentaire.

L’historien et le cinéaste, nouveaux regards

Décolonisations (3e époque) de K. Miské, M. Ball et P. Singaravélou, France, 2019, 52’

Aborder la période historique des décolonisations ; mettre en lumière des trajectoires individuelles dans le chaos et le fracas des luttes émancipatrices, telle est l’ambition de ce film documentaire.

en présence du réalisateur Pierre Singaravélou (IHTP)

Jeudi 25, 10h

Sankara n’est pas mort de Lucie Viver, France, 2019, 1h49

Au Burkina Faso, un jeune poète part à la rencontre de ses concitoyens et se confronte aux réalités d’une société en pleine transformation.

en présence de la réalisatrice

Jeudi 25, 17h

Les Médiateurs du Pacifique de Charles Belmont, France, 1997, 1h55

Montage d’archives et témoignages de plusieurs personnes impliquées dans les Accords de Matignon qui ramenèrent la paix en Nouvelle-Calédonie, après le massacre d’Ouvéa.

en présence de Marielle Issartel, monteuse

Jeudi 25, 19h

Depuis Mediapart de Naruna Kaplan de Macedo, France, 2019, 1h40

Chronique de la rédaction du journal en ligne Mediapart, avant, pendant et après l’élection présidentielle française de 2017.

présenté par Pauline Peretz (IHTP)

Vendredi 26, 14h

L’Étincelle, une histoire des luttes LGBT+ de Benoît Masocco, France, 2019, 1h39

Une histoire de la lutte LGBT des années soixante à nos jours, après que l’étincelle des émeutes de Stonewall a embrasé l’action militante qui, de New York, devait se répandre partout dans le monde.

en présence du réalisateur

En partenariat avec LGBT+66

Samedi 27, 21h

Le Traître de Marco Bellochio, It./Fr./All./Brésil, 2019, 2h25

Trahi par un autre clan qui ne respecte pas le code d’honneur de la Mafia, Tommaso Buscetta décide de collaborer avec le juge Falcone et sera à l’origine d’un procès exceptionnel.

présenté par Thibault Guichard (IHTP)

Samedi 27, 17h45

Table ronde

L’historien et l’écriture documentaire

avec Johann Chapoutot (IHTP), Pierre Singaravélou (IHTP) , Christian Delage (IHTP) et Lucie Viver (réalisatrice)

De plus en plus d’historiens ont commencé à prendre l’habitude de faire des allers et retours entre écriture scientifique et langage audiovisuel, leur expertise jouant un double rôle de garantie de sérieux mais aussi de viabilité d’un projet quand il s’agit de démarcher une chaîne.

Filmer l’époque

Mercuriales de Virgil Vernier, France, 2014, 1h48

Les Mercuriales, deux tours jumelles situées Porte de Bagnolet. C’est dans ce paysage sinistré qu’évoluent trois personnes dont les rêves et les illusions se heurtent à la réalité de la société française d’aujourd’hui.

en présence du réalisateur

Mercredi 24, 14h

Sophia Antipolis de Virgil Vernier, France, 2018, 1h38

À Sophia-Antipolis, des hommes et des femmes sont à la recherche  d’un sens, d’un lien social, d’une communauté. Ils vont croiser le destin d’une jeune fille disparue.

en présence du réalisateur

Mercredi 24, 21h

L’Époque de Matthieu Bareyre, France, 2019, 1h34

Du Paris de l’après-Charlie aux élections présidentielles ; une traversée nocturne aux côtés de jeunes qui ne dorment pas : leurs rêves, leurs cauchemars, l’ivresse, la douceur, l’ennui, les larmes, la teuf, le taf…

en présence du réalisateur

Mercredi 24 18h15

Nocturama de Bertrand Bonello, France, 2016, 2h10

Des jeunes gens de milieux différents commettent des attentats et se retrouvent la nuit dans un grand magasin de Paris.

Dimanche 28, 16h

La Loi de la jungle de Antonin Peretjatko, France, 2016, 1h39

Un stagiaire au Ministère de la Norme, est envoyé en Guyane pour la mise aux normes européennes du chantier Guyaneige : première piste de ski indoor d’Amazonie.

Mercredi 24, 16h30

Notes sur l’appel de Commercy de Dominique Cabrera, France, 2019, 27’

Le 29 décembre 2018 les Gilets Jaunes de Commercy lancent un appel sur internet à la première Assemblée des Gilets Jaunes les 26 et 27 Janvier 2019. Dominique Cabrera filme cette Assemblée.

Vendredi 26, 17h

Les Rendez-vous du samedi de Antonin Peretjatko, France,

Antonin Peretjatko filme caméra à l’épaule des manifestations dites des Gilets Jaunes, leurs répressions et leurs à côtés.

Vendredi 26, 17h

Rencontre

Filmer l’époque

avec Virgil Vernier & Matthieu Bareyre, réalisateurs

«C’est quoi l’époque ? Quels sont vos rêves ?», ces questions posées frontalement par Matthieu Bareyre et de façon plus mystérieuse par Virgil Vernier donnent au cinéma un rôle de contre-pouvoir salutaire. Filmer l’époque c’est avant tout filmer la jeunesse…

 

Carte blanche à Jacques Bidou et Marianne Dumoulin, producteurs dans leur époque

Yalda, la nuit du pardon de Massoud Bakhshi, Iran/Fr./All./Lux./Sui.,2020, 1h29

Maryam est condamnée à mort pour avoir tué accidentellement Nasser, son vieux mari. Elle pourrait être graciée si la fille de Nasser lui pardonne lors d’une émission de télévision.

en présence des producteurs Jacques Bidou & Marianne Dumoulin

Vendredi 26, 17h30

Wajib de Annemarie Jacir, Palestine/France, 2017,1h36

À Nazareth, Abu Shadi, aidé de son fils, va remettre à leurs proches et en mains propres les invitations pour le mariage de sa fille. Peu à peu, les tensions montent entre les deux hommes.

en présence des producteurs Jacques Bidou & Marianne Dumoulin

Mercredi 24, 14h – Samedi 27, 21h

Sème le vent de Danilo Caputo, It./Fr./Grèce, 2021,1h30

Nica, 21 ans, abandonne ses études et rentre chez elle. Malgré divers obstacles, elle va tout faire pour sauver des oliviers centenaires attaqués par un parasite.

en présence des producteurs Jacques Bidou & Marianne Dumoulin

Samedi 27, 14h

Mondes virtuels

Wargames de John Badham, USA, 1983, 1h54

Un adolescent passionné de jeux vidéo se branche accidentellement sur l’ordinateur du Département de la Défense qui prend au sérieux ce qui n’était au départ qu’un jeu…

Dimanche 28, 14h

Passé virtuel de Josef Rusnak, Allemagne/USA, 1999, 137

Une enquête policière dans des strates temporelles diverses, réelle ou virtuelle, après le meurtre d’un informaticien génial, capable de ce projeter dans le passé

Mercredi 24, 14h Samedi 27, 15h30

Ready Player One de Steven Spielberg, USA, 2018, 2h20

En 2045, tout le monde se réfugie dans un univers virtuel, l’OASIS, un jeu mis au point par un savant excentrique. Un jeune garçon qui n’a pas le profil d’un héros, semble le mieux armé pour la chasse au trésor…

Jeudi 25, 14h

Table ronde

Jeux vidéo, cinéma, et Histoire

avec Antoine Rocipon (IHTP), Alain Zind (IHTP), Yves Chevaldonné (UPVD)

Cette table ronde espère repenser la relation entre sciences humaines et jeux vidéo au regard de la production vidéoludique actuelle et de l’état de la recherche sur la question des images animées.

Uchronies

La Dixième victime de Elio Petri, Italie, 1965, 1h32

Dans un futur proche, sont régulièrement organisées des chasses à l’homme, pendant lesquelles les meurtres sont autorisés, afin de canaliser l’agressivité et la violence des êtres humains.

présenté par Flavio Foresi (IHTP)

Jeudi 25, 20h45

Inglourious Basterds de Quentin Tarantino, USA, 2009, 2h33

Découpé en cinq chapitres, Inglourious Basterds, ou l’histoire d’une poignée de têtes brûlées semant la terreur chez les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

présenté par Alain Zind & Antoine Rocipon (IHTP)

Samedi 27, 9h

Years & Years de Russell T. Davis, GB, 2019, série (6×50’)

La vie des membres d’une famille de Manchester, les Lyons. Après un Brexit dur, on voit l’évolution de la situation politique et économique de 2019 aux années 2030.

Mercredi 24, 16h30 : épisodes 1 & 2 – Jeudi 25, 16h : épisodes 3 & 4 – Vendredi 26, 16h30 : épisodes 5 & 6

Nuit du cinéma : Vendredi 26

Les Animaux anonymes de Baptiste Rouveure, France, 2020,1h04

Le rapport de force entre l’homme et l’animal a changé.

Dans une campagne reculée, toute rencontre avec le dominant peut devenir hostile.

en présence de Thierry Marcos, comédien

21h

Soleil vert de Richard Fleischer, USA, 1973, 1h37

En 2022, les hommes ont épuisé les ressources naturelles. Un policier va découvrir, l’effroyable réalité du soleil vert, sorte de pastille, qui parvient à nourrir la population.

23h

Les Mondes parallèles de Yuhei Sakuragi, Japon, 2019, 1h33

Un lycéen ordinaire de Tokyo rencontre son parfait sosie. Celui-ci prétend venir d’un monde parallèle sur lequel règne une princesse malfaisante.

1h

District 9 de Neill Blomkamp, USA/Afrique du Sud, 2009, 1h50

Des extra-terrestres demandeurs d’asile sont parqués dans un camp nommé District 9.

Parabole sur le passé récent de l’Afrique du sud, et les migrations actuelles.

3h (et jeudi 25 à 9h15)

Autres tables rondes :

L’avenir de la filière cinématographique

animée par Chantal Marchon, présidente de l’Institut Jean Vigo

avec Jacques Bidou et Marianne Dumoulin, producteurs et d’autres invités

Face au développement des plateformes du numérique : quelles conséquences pour la création, la production et la diffusion de films en France et en Europe ? Quels partenariats possibles entre les plateformes et le cinéma ?

Table ronde Historiens & Géographes

Enseigner l’Histoire du temps présent

avec Michel Cadé, professeur émérite UPVD, ex président de l’IJV, Marc Charbonnier, APHG, rédacteur en chef de la revue Historiens et Géographes, Nicolas Marty , professeur d’Histoire contemporaine UPVD, Richard Vassekos, président de la Régionale Languedoc Roussillon de l’APHG