Les invités

 

 

 

 

La 56° édition du Festival Confrontation réuni cinéastes et historiens autour de la thématique Filmer le temps présent, 1980-2020.

 

Matthieu Bareyre

Réalisateur français Matthieu Bareyre signe son premier court métrage documentaire, Nocturnes en 2015 sélectionné au Cinéma du Réel et aux Rencontres européennes du moyen métrage de Brive. L’Epoque est son premier long-métrage documentaire. Il y travaille depuis début 2015.
Mercredi 24 à 17h : rencontre Filmer l’époque
Mercredi 24 à 18h15 : L’époque

Jean-François Sanz

Curateur, directeur de projets éditoriaux, Jean-François Sanz travaille avec Agnès b. depuis 2001. Passionné par l’underground, les cultures populaires et le dessin, il développe également une production graphique sporadique en participant à diverses expositions collectives et publications. Des jeunes gens Mödernes est son second lm documentaire en tant que réalisateur.
Samedi 27 à 18h : Des jeunes gens mödernes, présenté par Jean-François Sanz & Gilles LE Guen, protagoniste du documentaire
+ Soirée NUWAVE à Pyrénéon ; retrouvez toute l’ambiance Des JEunes Gens Modernes à Pyrénéon, avec les sets complètement növö de Jean-François Sanz, Gilles Le Guen, Lionel Liminana, Denis Dulcet, Manu Perez, Nicolas Loffredo…. le live de LA DIvision Technique, ainsi que les stands Des Jeunes Gens modernes, et l’expo d’Hermione VOlt 

 

Antoine Russbach

D’origines suisse et sud-africaine, Antoine Russbach naît et vit à Genève jusqu’à ses 20 ans. Il suit des études de réalisation et scénario en Belgique.
En 2008, le cinéaste coréalise Michel avec Emmanuel Marre. Le lm fait l’objet de nombreuses sélections et récompenses en festival, notamment à Téhéran, Angers, Bruxelles et Paris. Ceux qui travaillent est son premier long métrage.
Samedi 27 à 19h : Ceux qui travaillent

 

Mahmoud Ben Mahmoud

Cinéaste tunisien, Mahmoud Ben Mahmoud est issu de l’INSAS, une école belge de cinéma. Connu pour ses ctions et documentaires consacrés à diérentes minorités en Tunisie – italiennes dans Poussière de diamants, et africaines dans Les Siestes grenadines – et aux questions de frontières signe une importante œuvre citoyenne.
Mahmoud Ben Mehmoud présentera Fatwa (Tunisie, 2018)
Mercredi 24 à 20h30 à Alenya
Jeudi 25 à 20h30 au Castillet

Lucie Viver

Après des études d’histoire et de philosophie, Lucie Viver travaille comme assistante de réalisation. Elle a notamment collaboré aux lms d’Otar Iosseliani, de Mati Diop et de Rabah Ameur Zaïmèche.
Sankara n’est pas mort est son premier lm.
Jeudi 25 à 14h : table ronde L’historien et l’écriture documentaire
Jeudi 25 à 17h : Sankara n’est pas mort

Guillaume de Fontenay

Guillaume de Fontenay est réalisateur, scénariste et metteur en scène. Il a débuté sa carrière en tant qu’assistant
metteur en scène de Gilles Maheu et a fondé sa propre compagnie de théâtre Ex-Voto. Réalisateur de campagnes publicitaires en Amérique et en Europe, il réalise également la scénographie de l’exposition Andy Warhol Live à Montréal. Réalisateur de deux courts métrages, Le Rut en 1997 et Le retour Tryptique en 2012, il passe au long-métrage avec Sympathie pour le diable inspiré des récits du journaliste Paul Marchand lors du siège de Sarajevo.
Guillaume de Fontenay présentera Sympathie pour le diable dimanche 28 nov. à 16h30

 

Benoît Masocco

Réalisateur et scénariste français. Après plus d’une décennie et demie dans le court métrage de ction et de documentaire, il est également le créateur de la série pour préados Askip, le collège se la raconte pour France 4. Il réalise en 2018, un premier long retraçant 50 ans de luttes homosexuelles L’Etincelle : une histoire des luttes LGBT+ sort en salle durant l’été 2019, à l’occasion des cinquante ans des émeutes de Stonewall.
Benoît Masocco présentera L’étincelle : une histoire des luttes LGBT+ vendredi 26 nov. à 21h

Jacques Bidou & Marianne Dumoulin


Jacques Bidou est producteur. À la tête de JBA Production,la société qu’il a fondée en 1987, il est rejoint par Marianne Dumoulin en 1992. Ils ont produit des dizaines de lms, ctions et documentaires, avec le souci d’explorer le monde, d’aborder ses crises à travers le cinéma et de permettre à des réalisateurs, majoritairement issus des pays du Sud, de faire entendre leur voix. Parmi les plus récents : Wajib d’Annemarie Jacir (2017), Donbass de Sergei Loznitsa (2018), Yalda, la nuit du pardon de Massoud Bakhshi (2020, Grand prix du jury Sundance) et Sème le vent de Danilo
Caputo (2020). Ils viennent d’écrire Il était une fois la production (édit. Hémisphères) sur l’aventure Yalda.


Jacques Bidou & Marianne Dumoulin présenteront Wajib (mercredi 24 nov. à 14h et samedi 27 nov. à 21h), Yalda, la nuit du pardon (vendredi 26 nov. à 17h30) et Sème le vent (samedi 27 nov. à 14h)

Marielle Issartel


Marielle Issartel est monteuse et réalisatrice au cinéma et à la télévision : lms de long et court métrage, expérimentaux, publicitaires et institutionnels, magazines et télélms. Depuis les années 2000 elle s’est surtout consacrée aux lms d’auteur. Elle a enseigné à la Fémis et l’Université de Saint-Denis et écrit quelques scénarios et quelques livres. Elle a réalisé ou co-réalisé quelques documentaires dont Histoires d’A, avec Charles Belmont en 1973,
pendant le mouvement pour la libération de l’avortement. Elle est la monteuse du lm Les médiateurs du Pacique de son compagnon Charles Belmont.


Marielle Issartel présentera Les médiateurs du Paciques (jeudi 25 nov. à 18h30)
Mercredi 24 à 17h : rencontre Filmer l’époque


Thierry Marcos


Diplômé d’un master en cinéma à l’Université Paul Valery à Montpellier, Thierry Marcos se spécialise en montage avant de réaliser ses propres courts métrages. Tel un artisan, Thierry travaille ses lms depuis l’élaboration jusqu’à la post-production. Entre les réalisations et pour garder un pied sur le terrain, il apparaît aussi devant la caméra pour ses collègues de promotion comme Baptiste Rouveure et d’autres réalisateurs et c’est tout naturellement qu’il se retrouve projeté dans «les animaux anonymes» en tant que comédien.

Il présentera Les Animaux Anonymes, dont il est l’acteur principal, lors de la Nuit du cinéma le vendredi 27 novembre à 21h

Cette édition du Festival se construit en partenariat avec l’Institut d’Histoire du temps présent, centre de recherche associé au CNRS. Sous la coordination de l’historien et réalisateur Christian Delage, nos séances et tables rondes seront
animées par les chercheurs de l’IHTP.

L’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) travaille sur l’histoire de la guerre au XXe siècle, les systèmes de domination autoritaires, totalitaires ou coloniaux, l’histoire culturelle des sociétés actuelles, et enfin l’épistémologie de l’histoire du temps présent, entendue comme approche singulière des rapports entre passé et présent, sensible à la mémoire, au témoignage, au rôle des historiens dans la cité. Le laboratoire possède un centre de documentation (bibliothèque, archives écrites et orales) spécialisé sur la Seconde guerre mondiale, la décolonisation, l’histoire orale. Il est le siège de plusieurs réseaux de recherche nationaux et internationaux

L’IHTP est une unité de recherche du CNRS, il intègre notamment l’ancien Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale (CHSGM), créé en 1951, et regroupe des chercheurs spécialisés dans l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ou dans des thèmes spéciques de l’histoire contemporaine.

Johann CHAPOUTOT Professeur d’Histoire contemporaine à la Sorbonne, titulaire de la chaire d’His-
toire des mondes germaniques et de la modernité occidentale. Auteur d’une dizaine d’ouvrages traduits dans une dizaine de langues, il a récemment publié Libres d’obéir. Le management, du nazisme à au-
jourd’hui (Gallimard, 2020). Conseiller historique de nombreux documentaires historiques, il a également été coauteur de plusieurs films.

Tables rondes L’historien et l’écriture documentaire (jeudi 25, 14h) et Le cinéma sous surveillance, de
l’ex-RDA à la Russie actuelle (vendredi 26, 16h).


Pierre SINGARAVÉLOU Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
chercheur à l’UMR SIRICE et membre de l’Institut universitaire de France, il est également «British
Academy Global Professor» au King’s College de Londres. Il a publié plusieurs ouvrages sur la production
des savoirs en situation coloniale, la construction territoriale des empires, la circulation des élites dans
les empires coloniaux, la diusion des pratiques culturelles dans les sociétés coloniales, les relations
entre colonisation et mondialisation. Il est également coauteur du lm Décolonisations.

Table ronde L’historien et l’écriture documentaire (jeudi 25, 14h) et présentation du lm Décolonisa-
tions (jeudi 25, 10h).

Vincent GUIGUENO Historien et conservateur du patrimoine, Vincent Guigueno travaille à la direction
de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly – Jacques Chirac.
Il a précédemment été conservateur au Musée national de la Marine et a publié, avec Christian Delage,
L’Historien et le lm (Gallimard, 2018).

Conférence Le Chant du loup : incarner les marins, filmer la dissuasion nucléaire (dimanche 28, 9h).


Pauline PERET
Z Historienne des États-Unis, maître de conférences à l’Université Paris 8, chercheuse à
l’Institut d’histoire du temps présent. Elle est l’auteure de Let My People Go. The Transnational Politics of
Soviet Jewish Emigration During the Cold War (Routledge, 2015), Au prêt sur gage (Le Seuil, 2014),
Le dossier secret de l’Aaire Dreyfus (avec Pierre Gervais et Pierre Stutin, Alma 2012), et a dirigé New York.
Histoire, Promenades, Anthologie, Dictionnaire (« Bouquins », Robert Laont, 2009).


Présentation du lm Depuis Mediapart (vendredi 26, 14h).

Alain ZIND Docteur en cinéma et en histoire, travaille sur les petits lms réalisés par les acteurs de la
guerre en Irak de 2003.
Travaille également sur la question de la mobilité des images sur Internet. A publié sur le cinéma
mashup et est rédacteur à Critikat. Il a dirigé en 2018 avec Antoine Rocipon un numéro de recherche consacré au rapport entre jeux vidéo et sciences humaines, publié dans la revue Conserveries Mémorielles, puis a développé et tenu une chaîne Youtube sur laquelle ils ont prolongé leurs réflexions.

Table ronde Jeux vidéo et cinéma (samedi 27, 14h) et présentations de Inglourious Basterds (samedi
27, 9h) et de Redacted (vendredi 26, 20h30).


Antoine ROCIPON Doctorant en esthétique, sciences et technologies des arts à l’Université Paris 8 sous
la direction de Christian Delage ainsi ue doctorant associé à l’Institut d’histoire du temps présent.
Son travail porte sur la dimension historienne et mémorielle des lms américains mettant en scène des
retours de guerre. Dans ce cadre il s’est aussi intéressé à la possibilité d’une approche historienne des
jeux vidéo. Il a dirigé en octobre 2018 avec Alain Zind un numéro de recherche consacré au rapport
entre jeux vidéo et sciences humaines, publié dans la revue Conserveries Mémorielles, et a également
participé au développement d’une chaîne Youtube visant à prolonger ces réflexions.


Table ronde Jeux vidéo et cinéma (samedi 27, 14h) et présentations de Inglourious Basterds (samedi
27, 9h)

Mario ADOBATI Sa thèse, soutenue en novembre 2020, porte sur les rapports entre régime d’histo-
ricité et représentations cinématographiques en s’appuyant sur le cas d’une vague de films hongrois post-communistes. Il a été chargé de cours à Paris 3, Paris 8 et est actuellement Attaché Temporaire
d’Enseignement et de Recherche à Paul Valéry (Montpellier). Ses recherches portent sur l’histoire du
cinéma et ses méthodes, les cinématographies d’Europe centrale, de l’Est et les rapports entre sons et
images.

Table ronde Le cinéma sous surveillance, de l’ex-RDA à la Russie actuelle (vendredi 26, 16h) et présenta-
tion du lm Junk Movie (samedi 27, 14h)

Claire DEMOULIN Doctorante et ATER à l’Université Paris 8 et doctorante rattachée à l’IHTP-CNRS. Sa
thèse porte sur « La biographie historique chez William Dieterle (1935-1942) : Migrations, transferts culturels
et tribunes cinématographiques ».
Elle a poursuivi pendant un an ses recherches à l’Université de Yale dans le cadre d’une bourse Fullbright
ainsi qu’au Centre Marc Bloch de Berlin dans le cadre d’une bourse du DAAD.
Auteure de Les traversées du jazz. Guerre, mobilisation culturelle et question raciale, Jazz et Cinéma (dir.
Patrick Louguet et Alban Pichon), circav, n°28, 2019.


Conférence Le jazz comme contre-culture musicale (samedi 27, 16h15).


Èvelyne SANCHEZ Historienne, chercheur au CNRS depuis 2013. Elle a travaillé dans les Universités et
centres de recherches des États de Puebla et de Tlaxcala au Mexique. Spécialiste de l’histoire du XIXe
siècle et de la Révolution mexicaine, elle a travaillé tout spécialement sur les questions agraires et sur
l’analyse des relations entre les citoyens et l’administration de la justice.
Elle a d’intégré l’Institut d’histoire du temps présent où elle mène une recherche sur le système politique
mexicain et ses résonances en Amérique Latine.


Présentation du film Le crépuscule du socialisme magique (mercredi 24, 16h30).


Flavio FORESI Flavio Foresi est doctorant en histoire contemporaine à l’Université Paris 8 et intègre
l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP). La thèse qu’il prépare porte sur la circulation des militants
européens d’extrême droite entre Amérique latine et Europe pendant la période de la Guerre Froide.

Dans le cadre de ses recherches il s’intéresse notamment à la violence politique, la répression et le terro-
risme d’État.

Présentation du lm La Dixième victime (jeudi 25, 20h45).

François CROQUETTE Depuis novembre 2020, délégué général à la transition écologique et à la rési-
lience à la ville de Paris. Diplômé de Sciences-Po Paris et de la LSE. Entré au ministère des aaires étran-
gères en 1988, il eectue plusieurs missions en Afrique, en Russie et à Londres avant de rejoindre le Sénat comme conseiller diplomatique du Président (2011- 2013). Il a oeuvré pour le développement de coopérations dans le domaine du cinéma lors de ses missions. En tant qu’ambassadeur pour les droits de l’Homme, il a été l’un des artisans de la mobilisation organisée en France pour la libération du cinéaste ukrainien Oleg Sentsov en 2019.


Table ronde Le cinéma sous surveillance, de l’ex-RDA à la Russie actuelle (vendredi 26, 16h) et conférence
Cinéma et Écologie (jeudi 25, 16h30).

Thibault GUICHARD Doctorant contractuel à l’université Paris 8. Sa thèse, dirigée par Marie-Anne Ma-
tard-Bonucci, s’intitule : «La propagande antifasciste dans les milieux du socialisme libéral. Presse, réseaux et modalités d’action du groupe Giustizia e Libertà». Au sein de l’IHTP, il participe activement au séminaire «Les Médiations de l’histoire» en assurant la transcription des séances.


Présentation du film Le Traître (samedi 27, 17h45)

Les enseignant-chercheurs de l’Université de Perpignan Via Domitia, par ailleurs membres actifs de
l’Institut Jean Vigo, proposeront aussi tables rondes et conférences

Jocelyn DUPONT Maître de conférences en études américaines à l’Université de Perpignan Via Domi-
tia. Spécialiste de littérature et de cinéma contemporains, il a publié de nombreux articles consacrés à la problématique de la ‘pathologie textuelle’, des élucubrations d’Edgar Poe aux récits post-traumatiques ancrés dans l’après-11 septembre. Depuis 2010, il est membre du Conseil d’administration de l’Institut Jean Vigo.


Conférence Le Cinéma de l’après-11 septembre (mercredi 24, 9h).


Yves CHEVALDONNE Maître de conférences en Sciences de l’information et de la communication à l’Université de Perpignan Via Domitia. Après avoir soutenu une thèse de doctorat en Histoire du cinéma en 1999, il a élargi ses
travaux de recherches aux phénomènes d’intertextualité dans les industries culturelles, et aux inuences
mutuelles entre certains arts visuels (cinéma, jeu vidéo, vidéo immersive). Il est membre actif de l’Institut
Jean Vigo.


Conférence Le Cinéma de l’après-11 septembre (mercredi 24, 9h).