A partir de mi-novembre, la cinémathèque à le plaisir de vous inviter à rencontrer trois cinéastes dont les oeuvres, toutes fictionnelles, ont un pied dans la réalité et un pied dans le poétique.

Pour la réalisatrice Nora Martirosyan, qui comme Pierre-Yves Vandeweerd filment les conflits actuels – Le moyen d’accéder à la réalité du pays, c’était de passer par le cinéma de fiction.
Pour Dominique Cabrera Tout mon travail, dans tous mes films de fiction, mais aussi dans les documentaires, c’est d’ouvrir des espaces où quelque chose de la vie peut s’engouffrer.

Dominique Cabrera présente Goat Milk et Grandir le Jeudi 17 novembre. Découvrez Corniche Kennedy le 15 novembre

Dès son premier court-métrage, J’ai droit à la parole, où l’on voit comment les locataires d’une cité de transit en banlieue parisienne s’organisent, Dominique Cabrera a été reconnue pour le regard original qu’elle sait porter sur la vie sociale.

Pour Dominique Cabrera, pas de frontière entre documentaire et fiction. Elle réalise en ce sens son premier long-métrage, Demain et encore demain, journal d’une cinéaste en proie aux doutes et aux angoisses. En 1996, elle dirige Claude Brasseur dans L’ Autre côté de la mer, film autobiographique, sur le déracinement de la communauté des pied-noirs algériens. En 1999, elle tourne Nadia et les hippopotames, présenté au Festival de Cannes dans la section «Un Certain Regard», ce film a pour contexte les grèves de l’hiver 1995 en France.

Après son cinquième long-métrage Folle embellie, elle revient au documentaire, avec Ranger les photos, puis Goat Milk, et Grandir, sélection ACID Cannes 2013. En 2016, Corniche Kennedy, obtient le Prix Claude Chabrol. L’ Ephebo d’or et le prix d’interprétation pour Lola Créton au festival de Palerme.

« Tout mon travail, dans tous mes films de fiction, mais aussi dans les documentaires, c’est d’ouvrir des espaces où quelque chose de la vie peut s’engouffrer » . DC

Sans nul doute, avec Dominique Cabrera, nous parlerons cinéma, d’une certaine idée de cinéma.

Dominique Cabrera est membre du Collectif 50/50.

Questions de frontières, Les regards de Nora Martirosyan et Pierre-Yves Vandeweerd

Avec Nora Martirosyan et Pierre-Yves Vandeweerd l’Institut Jean Vigo accueille deux cinéastes déjà venus dans notre salle pour montrer des œuvres précédentes.

Martirosyan, arménienne d’origine, montpelliéraine d’adoption, plasticienne de formation, a montré chez nous deux de ses courts métrages : Courant d’air et 1937, tous deux ancrés dans son histoire familiale et l’histoire de l’Arménie. Ces films montraient une signature particulière, entre documentaire et cinéma expérimental. Elle revient vers nous avec son premier long métrage de fiction Si le vent tombe.

Pierre-Yves Vandeweerd, belge d’origine, lozérien d’adoption, anthropologue de formation, est un habitué de l’Institut Jean Vigo. Son œuvre se caractérise par une approche cinématographique à part entière : il tourne en pellicule, enregistre le son à part des images, pour créer une poétique singulière et reconnaissable. Son précédent film, Les éternels était déjà tourné en Haut-Karabakh, où il retourne pour Inner Lines. Cette province arménienne, rattachée à l’Azerbaïdjan en 1920, avait revendiqué son indépendance au moment de la chute de l’Union soviétique, en 1991. Au terme d’une guerre de trois ans avec l’Azerbaïdjan, un cessez-le-feu avait été signé en 1994. Mais le territoire est resté le théâtre d’un conflit latent, jusqu’à ce qu’une nouvelle guerre, déclenchée en septembre 2020 par l’Azerbaïdjan change la donne. Nous avons voulu croiser leurs regards sur cette zone de conflit – longtemps oubliée – parce qu’aussi bien Martirosyan que Vandeweerd cherchent l’âme humaine dans les traumatismes de guerre et ses frontières infranchissables.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler avec l'institut Jean Vigo conformément à la politique de confidentialité du site.