Lycéens et apprentis au cinéma

 

Lycéens et apprentis au cinéma est un dispositif scolaire qui s’inscrit dans la politique de sensibilisation et d’éducation artistique du jeune public conduite par le CNC.
Dans ce cadre, les lycéens et les apprentis découvrent des œuvres cinématographiques lors de projections organisées spécialement à leur intention dans les salles de cinéma. Grâce au travail pédagogique d’accompagnement conduit par les enseignants et les partenaires culturels, ils se constituent les bases d’une culture cinématographique.
En Languedoc-Roussillon, le choix a été fait d’accompagner les films par des interventions en classe d’artistes et de professionnels du cinéma. Chaque classe bénéficie donc de 3h d’atelier. Par ailleurs, la projection de l’un des films du programme est précédée d’un court-métrage méditerranéen, en présence des réalisateurs ou producteurs, en partenariat avec le Festival Cinéma Méditerranéen de Montpellier.

1er trimestre :
Breakfast Club
John Hughes – Fiction – USA – 1985 – 1h37 – VOSTFR
Séance précédée du court métrage Les indes galantes de Clément Cogitore (5 min 26)
Cinq lycéens aux caractères totalement opposés se retrouvent en colle un samedi. Au fur et à mesure que la journée passe, ils discutent, se déchirent et finissent par se trouver plus de points communs qu’ils ne pensaient.
Tous les ingrédients du genre sont soigneusement réunis : l’action située dans une high-school, l’humour, et les personnages immédiatement identifiés par un trait de caractère majeur. Mais les archétypes ici rassemblés (le dur, la prom queen, le sportif, le premier de la classe, la marginale) se révèlent rapidement de fausses caricatures. Tout l’intérêt de The Breakfast Club vient de cette confrontation étrange entre la forme référencée et ancrée dans son époque et cette obsession fascinée pour l’âge adolescent qui, pour un peu, ferait presque passer le réalisateur pour un Gus Van Sant avant l’heure. (À voir, à lire)

2ème trimestre :
Tel père, tel fils
Hirokazu Kore-Eda – Fiction – Japon – 2013 – 2h03 – VOSTFR
Prix du Jury au Festival de Cannes 2013
Ryoata, un architecte obsédé par la réussite professionnelle, forme avec sa jeune épouse et leur fils de 6 ans une famille idéale. Tous ses repères volent en éclats quand la maternité de l’hôpital où est né leur enfant leur apprend que deux nourrissons ont été échangés à la naissance : le garçon qu’il a élevé n’est pas le sien et leur fils biologique a grandi dans un milieu plus modeste…
Le réalisateur prend son temps pour peindre ses personnages, leurs contradictions, en leur donnant suffisamment de dignité pour qu’il n’ait pas à avoir recours à la démonstration ou à tirer sur les cordes du mélo. La douceur de Kore-Eda, de sa lumière (splendide, comme toujours), n’est pas une façon d’enjoliver : rien n’est jamais parfait. Un père peut, tout simplement, ne pas se sentir connecté à son fils, son fils peut préférer un autre père. Ce qui semble aller de soi n’est pas, chez un scénariste aussi fin, une évidence. Hirokazu Kore-Eda signe un nouveau film aussi pudique que poignant, dont l’humilité ne doit pas cacher l’immense beauté.

3ème trimestre :
L’Epine dans le coeur
Michel Gondry – Documentaire – France – 2010 – 1h26
De 1952 à 1986, Suzette a sillonné les écoles des Cévennes en tant qu’institutrice. Devant la caméra de son neveu, Michel Gondry, elle raconte ses aventures quotidiennes et lui permet ainsi de découvrir une réalité familiale méconnue.
Il faut tout le talent d’équilibriste de Michel Gondry pour fouiller la tourbe familiale sans en éclabousser les membres, pour gratter le vernis des souvenirs super-huit, forcément joyeux, sans en abîmer la couche la plus sensible. Comme à son habitude, le réalisateur fonce tête baissée dans la matière, donne à son documentaire des allures de bric-à-brac en perpétuelle réinvention. Les plus belles séquences trahissent d’ailleurs le véritable projet gondrien : retrouver dans l’art et le collectif la capacité enfantine à enchanter le réel avec trois fois rien.

Un stage de formation est co-organisé par la DAAC et Languedoc-Roussillon Cinéma pour les enseignants : dates à venir
Un stage de formation est co-organisé par la DAAC et Les Amis du Cinoch’ pour les enseignants : les 13 et 14 novembre 2019 à Narbonne dans l’Aude.

Un enseignant au moins par établissement doit se rendre à ce stage.
L’inscription doit être faite sur GAIA par le Chef d’Etablissement avant le 22 septembre 2019.

Le contenu pédagogique

Pour les élèves

  • Une projection par trimestre dans une salle de cinéma partenaire
  • Un dossier pédagogique de 24 pages sur chaque film, élaboré par la BiFi (Bibliothèque du Film), l’APCVL (Atelier de production Centre Val de Loire) ou les Cahiers du cinéma
  • Des ateliers (3h)

Pour les professeurs

  • Une formation
  • Un dossier pédagogique et un DVD du court-métrage programmé
  • Un temps de rencontre spécifique pour le choix des films
  • Les documents pédagogiques ainsi que des outils complémentaires sont accessibles sur lyceensaucinemalr.org

 

Le dispositif prévoit

  • Copie et documentation (enseignant et élève) envoyés par le C.N.C.
  • Présentation du film
  • Entrée aux séances : 2,50 euros par élève et par film
  • Interventions pédagogiques en classe autour des films prises en charge financièrement par la Région