Le-cinéma-italien-à-l'ombre-des-faisceauxJean A. GILI
Institut Jean Vigo ⎜320 pages (21/14) ⎜20 pages d’illustrations ⎜4e trimestre 1990 ⎜22,87 €

Dès 1922 à 1945, le cinéma italien a vécu à l’ombre des faisceaux. Au cours de plus de deux décennies, les transformations ont été nombreuses : elles ont fait passer le cinéma des derniers éclats du muet aux prémisses du néo-réalisme. Sur fond de comédies brillantes et de drames sentimentaux, le cinéma italien vivait une étrange saison. En apparence, tout était dédié au divertissement, à l’évasion, à ce cinéma des « téléphones blancs » dont Cinecittà, inauguré en 1937, représentait la quintessence…

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler avec l'institut Jean Vigo conformément à la politique de confidentialité du site.