L’Institut Jean Vigo reçoit Ange Leccia !

Jeudi 17 septembre à 19h10, l’artiste plasticien Ange Leccia rencontrera le public à l’issue de la projection de son film Nuit bleue.

Cette séance est organisée en partenariat avec l’Association In Visu dans le cadre de l’exposition « La Mer » à la Forteresse de Salses, qui propose jusqu’au 30 septembre des projections-installations d’Ange Leccia.

Ange Leccia

Né le 19 avril 1952 à Minerviù en Corse, il étudie le cinéma et la philosophie. Il fait ses premiers essais cinématographiques (Tonie Smith en 1971, TV+ en 1979 et Stridura en 1980) tout en réalisant des œuvres au feutre noir. Pensionnaire de la Villa Médicis entre 1981 et 1983, il la métamorphose par ses expérimentations Super 8 et vidéo. Il imagine des installations appelées « arrangements » mettant en scène des objets industriels. Dans les années 1990, il réalise des vidéos (Mer en 1991, Explosions et Fumées en 1995, Orage en 1999), plans uniques montés en boucle entre représentation et abstraction. Il réalise plusieurs films avec Dominique Gonzalez-Foerster. Île de Beauté (1996) et Gold (2000) sont des errances poétiques, entre la Corse et le Japon puis dans l’Ouest américain. Azé (2004) est aussi une déambulation, cette fois au Proche-Orient. En 2005, il filme dans La Déraison du Louvre l’errance de Laetitia Casta dans les couloirs du musée animés de mystérieuses figures picturales. Il retrouvera l’actrice en 2007 pour Nymphéa, dans laquelle il utilise la double présence de l’eau, à la fois dans l’image et comme support. Dans son long métrage, Nuit bleue (2009), la lumière devient, comme dans ses vidéos, un véritable personnage qui donne à voir l’intériorité de personnages mutiques. Un des représentants les plus originaux de l’art français à l’étranger, notamment dans les grandes manifestations internationales, présent dans les collections de nombreux musées internationaux (Guggenheim, Centre Pompidou, City Art Museum d’Hiroshima…), il a également collaboré avec le chanteur Christophe, le chorégraphe Merce Cunningham et réalisé des décors pour l’opéra de Metz ou les Ballets de Monte-Carlo. Enseignant à partir de 1985 à l’école régionale des Beaux-Arts de Grenoble, puis à l’École nationale supérieure de Cergy, il a créé en 2001 le Pavillon, laboratoire de création du Palais de Tokyo, qu’il dirige depuis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler avec l'institut Jean Vigo conformément à la politique de confidentialité du site.