Description de l'évènement

Claire ANGELINI, France, 2015, 1h11  

En 1944, Jean Grémillon se rend en Normandie et il entreprend un film sur « les désastres de la guerre » qui accompagnent la Libération. Ce sera Le Six juin à l’aube. En remettant ses pas et son regard dans ceux du cinéaste, Claire Angelini cherche « à poursuivre cette vision archéologique engagée par Le Six juin à l’aube, qui est lui-même devenu à son tour l’une de ces couches de sédiments, sur laquelle se sont déposées les années qui nous en séparent. »

 

Film suivi de la table ronde « Filmer le camp de Rivesaltes, de la friche militaire au mémorial »

COLLOQUE

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler avec l'institut Jean Vigo conformément à la politique de confidentialité du site.