Description de l'évènement

Le Prix Jean Vigo tient à remarquer un auteur d’avenir, à découvrir à travers lui une passion et un don. Le “Vigo » n’est pas un prix de consécration mais un prix d’encouragement, de confiance. Le Jury, présidé par l’actrice Laetitia Dosch a récompensé Vif argent pour « son audace poétique, son romantisme intemporel, sa croyance dans les pouvoirs du cinéma à transcender les frontières de la vie et de la mort. »

 Nous le projetons ce mardi 18 juin à 19h30 :

Vif-argentStéphane Batut, France – 2019 – 106 min

Juste erre dans Paris à la recherche de personnes qu’il est seul à voir. Il recueille leur dernier souvenir avant de les faire passer dans l’autre monde. Un jour, une jeune femme, Agathe, le reconnait. Elle est vivante, lui est un fantôme. Comment pourront-ils s’aimer, saisir cette deuxième chance ?

Séance suivie d’un pica pica, apéritif de fin de saison, tiré du sac, devant la salle de cinéma

 

●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• • ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●• ●•

Le prix Jean Vigo a aussi récompensé :

ALAIN CAVALIER avec un « Vigo d’honneur » : »Filmeur libre, que l’étrange voyage loin des studios a mené au plus près de l’humain »

CLAUDE SCHMITZ pour le prix du court -métrage avec son film Braquer Poitiers, « Pour sa façon d’allier humour insolite et élégance formelle, esprit surréaliste et lumière impressionniste »

Le nom de Jean Vigo, mort en 1934 à vingt-neuf ans, est devenu un symbole. Il évoque à la fois le cinéma comme moyen d’expression total et les multiples difficultés auxquelles se heurte un jeune auteur de films soucieux de se manifester librement. 

Depuis 1960, deux prix Jean Vigo sont désormais décernés annuellement : l’un à l’auteur d’un film de long métrage, l’autre à l’auteur d’un film de court métrage. Comme chaque année, l’Institut Jean Vigo projettera en avant-première, quelques jours après sa divulgation, le Prix Jean Vigo 2019. Pour mémoire, les Prix Jean Vigo 2018 ont été attribués à Jean-Bernard Marlin pour Shéhérazade et Yann Gonzalez pour Un couteau dans le cœur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.