Description de l'évènement

Le Pont du Nord

Rencontre avec Bulle Ogier initialement prévue à 18h30 annulée. Séance maintenue à 19h30 en présence de la Librairie Torcatis pour la vente de sa biographie J’ai oublié (Prix Médicis essai 2019)

Jacques RIVETTE
France, 1981, 2h09 (Num.)
Int.: Bulle Ogier, Pascale Ogier…

En mettant en scène des femmes criminelles, le cinéma de Jacques Rivette ne vieillit décidément pas. Le réalisateur n’en est pas à son coup d’essai, mais à l’époque ses proches durent batailler pour le faire revenir au cinéma. Avec la complicité de Bulle et Pascale Ogier, le film nous transporte avec une rare spontanéité. Rivette se paye une seconde jeunesse de cinéaste en tournant sans autorisation avec sa caméra 16mm. Une bulle d’air dans la pollution parisienne.

BULLE OGIER
une Salamandre à Perpignan

C’est une des comédiennes les plus singulières et originales du cinéma moderne. On ne présente plus l’immense comédienne Bulle Ogier, actrice magique, peut-être méconnue du grand public, mais tenant une place légendaire dans le coeur des cinéphiles. Dire « Bulle » (ce prénom si étrange qu’elle s’est octroyé lui vient d’un surnom donné par un oncle), c’est ouvrir une fenêtre sur une cohorte de cinéastes esthètes, secrets ou baroques, mais aussi d’hommes de théâtre visionnaires : Barbet Schroeder (son mari pour la vie), Werner Schroeter, Luis Buñuel, Marguerite Duras, Jacques Rivette, Manoel de Oliveira au cinéma, Luc Bondy, Patrice Chéreau au théâtre… La liberté, ou plutôt la nécessité de se sentir libre, va être la trame de sa vie. Ce besoin permanent de légèreté, chevillé à l’intime, va guider ses amours, ses amitiés, ses choix et son jeu de comédienne. Ses révoltes aussi. Bulle Ogier vient d’écrire ses mémoires sous le titre J’ai oublié avec l’aide de la journaliste Anne Diatkine aux éditions du Seuil. Elle y parcourt les étapes de sa vie d’enfant, de femme, d’actrice, de mère. Une vie jamais banale, pour le meilleur (l’art, la création, la fréquentation de grandes figures du cinéma et du théâtre), ou pour le pire (la mort de sa fille Pascale, évoquée avec délicatesse et intensité). La sensibilité de l’ouvrage lui a valu le Prix Médicis Essai 2019. L’Institut Jean Vigo est très heureux de pouvoir accueillir cette formidable comédienne pour une rencontre où elle évoquera sa carrière et pour deux de ses films que nous avons choisis avec elle. La Salamandre (Alain Tanner; Suisse, 1971

 en partenariat avec la librairie Torcatis

Billetterie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler avec l'institut Jean Vigo conformément à la politique de confidentialité du site.