Les invités

Anna Karina

Son regard bordé d’eye liner et sa frange noire auront hanté tout le cinéma des années 60-70, faisant d’elle une égérie de la nouvelle Vague. Amoureusement filmée par Jean-Luc Godard (Le Petit soldat, Une femme est une femme, Vivre sa vie, Bande à part, Alphaville, Pierrot le fou et Made in USA), elle tourne avec les plus grands : Visconti, Fassbinder, Cukor, Raoul Ruiz… Un de ses rôles les plus marquants sera celui de La Religieuse, du film éponyme de Jacques Rivette, projeté au festival. Elle viendra présenter aussi son 1er long-métrage en tant que réalisatrice, Vivre ensemble, histoire d’amour dans la bohème New yorkaise tournée en 1973.

La Religieuse (Jacques Rivette, France, 1966, 2h15) samedi 6 avril, 14h. Présenté par Anna Karina

Vivre ensemble (Anna Karina, France, 1973, 1h30) samedi 6 avril, 20h, précédé d’une rencontre avec Anna Karina

Ovidie

Ovidie est réalisatrice et documentariste. Entre 2000 et 2016, elle a réalisé une dizaine de fictions pornographiques féministes dites « pro-sexe » pour le compte de la chaîne Canal +. Elle s’est tournée en 2011 vers le reportage avec Rhabillage (France 2, 2011) produit par Jean-Jacques Beineix, puis vers les films documentaires qu’elle présente au Forum des images : À quoi rêvent les jeunes filles ? (France 2, 2014), Pornocratie (Canal +, 2017) et Là où les putains n’existent pas (Arte, 2018).

Pornocratie (Ovidie, France, 2017, 1h18) et Là où les putains n’existent pas (Ovidie, France, 2018, 56’), vendredi 5 avril à 20h précédés d’une rencontre.

Ovidie participera à la table ronde sur l’évolution du rôle des femmes dans la fabrication du cinéma, le samedi 6 avril à 16h.

Gérard Mordillat

Gérard Mordillat, romancier, cinéaste, membre du club des Papous dans la tête de France-Culture, a publié entre autres Vive la sociale ! , Rue des Rigoles , L’Attraction universelle, Les Vivants et les morts, Notre part des ténèbre,Ces femmes-là et a réalisé de nombreux films de fiction et des documentaires pour le cinéma et la télévision, comme En compagnie d’Antonin Artaud , Paddy ,Billy-ze-ick … Il est, avec Jérôme Prieur, l’auteur des séries télévisées Corpus Christi , L’Origine du Christianisme, L’Apocalypse. Sa dernière réalisation, Mélancolie ouvrière est adaptée de l’essai de Michelle Perrot

Mélancolie ouvrière (Gérard Mordillat, France,2018, 1h30), jeudi 4 avril, 16h30, et 20h30 à Alenya

Rencontre littéraire avec Gérard Mordillat autour de son dernier roman Ces femmes-là, jeudi 4 avril à 18h15, espace festival

Helena Taberna

Helena Taberna, réalisatrice espagnole, commence sa carrière audiovisuelle en 1986 en tant que coordinatrice des Nouvelles Technologies du Gouvernement de Navarre. Elle alterne la réalisation de vidéos didactiques avec des vidéos de

création, des documentaires et des courts métrages au cinéma. En 1994, elle se consacre exclusivement à l’écriture de scénarios, à la production et à la réalisation de travaux audiovisuels. Elle reçoit de nombreux prix pour ses vidéos et, en 1995, le prix du meilleur scénario aux Journées Internationales de Cinéma de Bahia pour son moyen métrage Alesua 1936. En 1999, elle réalise son premier long métrage, Yoyes.

Acantilado(Helena Taberna, Espagne, 2016, 1h39), vendredi 5 avril, 14h
Yoyes
(Helena Tabenra, Espagne, 1999, 1h44), vendredi 5 avril, 16h30

Fronza Woods

Fronza Woods, cinéaste afro-américaine, vit aujourd’hui dans l’Aude. Les deux courts-métrages qu’elle à réalisé à la fin des années 70, trop peu vus, ont pourtant fait d’elle une voix marquante du cinéma militant : son 1er court, Killing time montre une femme qui ne trouve pas comment s’habiller pour son propre suicide, laissant deviner, sous son aspect nonchalant et finement drôle, la pesanteur de la norme sociale.

Fannie’s film (Fronza Woods, USA 1975, 16’) et Killing time (Fronza Woods, USA 1975, 15’), jeudi 4 avril à 10h, suivi de la table ronde sur le cinéma militant

Sébastien Bailly

Réalisateur de court-métrages de fiction : La Fille du hasard (1998), Si les étoiles…(2000), Villa Corpus (2005), Douce (2012), Où je mets ma pudeur (2013), Une Histoire de France (2015). Où je mets ma pudeur a été sélectionné dans plus de 60 festivals dans le monde (Sundance, USA), a remporté 16 prix et à été nommé aux César 2015 du meilleur court métrage.
Ses trois derniers court-métrages ont été réunis en un long-métrage, Féminin plurielles, sorti en salles en 2018.
Sébastien Bailly est également co-fondateur en 2004 des Rencontres internationales du
moyen métrage de Brive, dont il a été délégué général jusqu’en 2014.
Parmi ses projets: Comme une actrice un long-métrage en financement, mais aussi un
long-métrage en écriture autour d’un hermaphrodite et un documentaire sur les jeunes
cinéphiles à l’heure d’internet.

Mariano Lisa

Diplômé en philosophie, philologie, psychologie et neuro sciences. Codirecteur avec Helena Lumbreras de El campo para el hombre, O todos o ninguno et A la vuelta del grito. Contributeur dans différentes publications et dans des forums poétiques, philosophiques, philologiques et scientifiques.

El cuarto poder (Helena Lumbreras & Mariano Lisa, Espagne 1972, 39) et A la vuelta del grito (Helena Lumbreras & Mariano Lisa, Espagne 1977, 42′), samedi 6 avril, 18h30

Chantal Marchon

Vidéaste et Enseignante en cinéma. Elle a réalisé des films d’artistes et récemment, des documentaires pour le magazine culturel « On dirait le Sud » diffusé sur France 3 ainsi qu’un court-métrage Ô ma douce, tourné au Couvent Sainte-Claire à Perpignan. Jour de parloir a été sélectionné pour participer au Mois du documentaire.

Jour de parloir (Chantal Marchon, France 2009, 44′), vendredi 5 avril, 21h

Nina Faure

Nina Faure est réalisatrice de documentaires. Ses thèmes de prédilection sont la critique des médias, la recherche d’alternatives au libéralisme et la lutte contre la domination patriarcale sur le corps des femmes. Elle participe à la réécriture du manuel de santé sexuelle et reproductive Notre corps, nous-mêmes.

Geneviève Sellier

Professeure émérite en études cinématographiques à l’Université Bordeaux Montaigne. Spécialiste des approches « genrées » du cinéma et de la télévision, elle a publié notamment : La Drôle de guerre des sexes du cinéma français, 1930-1956La Nouvelle Vague, un cinéma au masculin singulier Jean Grémillon, le cinéma est à vous.

Rencontre, mercredi 3 avril, 12h30, espace festival

Table ronde, mercredi 3 avril, 16h30

Présente les films du focus Jean Grémillon

Brigitte Rollet

Spécialiste du cinéma et de la télévision, chercheuse au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines et enseignante à Sciences-Po. Ses recherches portent sur les questions de genre et de sexualité sur le grand et le petit écran. Elle est aussi l’auteure de plusieurs ouvrages sur les réalisatrices françaises, ainsi que du rapport sur la France pour l’enquête EWA sur les femmes réalisatrices en Europe. Elle a publié notamment : Femmes et cinéma. Sois belle et tais-toi !Jacqueline Audry : la femme à la caméraTélévision et homosexualité10 ans de fictions françaises 1995-2005.

Table ronde, samedi 6 avril, 16h45

Présente les films du focus Jacqueline Audry

Delphine Chedaleux

Historienne du cinéma et des médias. Elle est actuellement chercheuse senior à l’Université de Lausanne. Ses travaux portent principalement sur le rôle des cultures médiatiques dans la construction et le questionnement des normes et des identités sociales (de genre, de classe et d’âge). Sa thèse était consacrée aux représentations du genre et de la jeunesse dans les films français produits pendant l’Occupation.
Elle a publié notamment : Construire un regard sur la réception de Cinquante Nuances de Grey : les émotions de classe d’une ethnographie en ligne Se faire du cinéma : jeunesse, culture cinématographique et écriture de soi dans la France d’après-guerreJeunes premiers et jeunes premières sur les écrans de l’Occupation.

Rencontre, mercredi 3 avril, 12h30, espace festival

Table ronde, mercredi 3 avril, 16h30

Présente les films : Jeunes actrices sous l’Occupation

Raphaëlle Moine

Professeure en études cinémato-graphiques et audiovisuelles à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Elle a publié notamment : Vies héroïques : biopics masculins, biopics fémininsLes Femmes d’action au cinémaCinéma Genre Remakes. Les films français à Hollywood –Les Genres du cinéma.

Rencontre, vendredi 5 avril, 12h30, espace festival

Nicole Fernández Ferrer

Déléguée générale du Centre Simone de Beauvoir. Programme et présente l’hommage à Delphine Seyrig.

Table ronde, jeudi 4 avril, 11h15

Présente les films du focus Delphine Seyrig & le programme Lesbiennes rebelles

Bénédicte de Pastre

Béatrice de Pastre est actuellement Directrice des collections, directrice adjointe du patrimoine cinématographique du CNC … Auteure d’ouvrages consacrés au patrimoine cinématographique et photographique, elle a dirigé Jean Rouch, l’Homme-Cinéma (CNC/BNF éditions/Somogy éditions d’Art, 2017).

Guillaume Guéraud

Diplômé de l’IUT de Bordeaux, il a travaillé dans divers quotidiens régionaux, puis il s’est mis à écrire. Auteur surtout de polars, il vient
de publier l’essai Les héroïnes de cinéma sont plus courageuses que moi.

Rencontre, jeudi 4 avril, 12h30

Jackie Buet

Déléguée générale du Festival International de Films de Femmes de Créteil. Programme et présente une carte blanche au festival.

Tables rondes, mercredi 3 avril, 16h30, jeudi 4 avril, 11h15

Présente les films de la carte blanche :
Le viol du routier (Juliette Chenais De Busscher, France 2017, 1h26), mercredi 3 avril, 21h15

Les fillles (Mai Zetterling, Suède 1968, 1h40), jeudi 4 avril, 21h

Monica Michlin

Professeure d’études américaines à l’Université Paul Valéry Montpellier 3. Elle travaille sur les séries télévisées et plus particulièrement sur les représentations culturelles des Minorités sexuelles et ethniques.

Table ronde, jeudi 4 avril, 11h15

Valérie Grall

Chef décoratrice – Production Designer.
Après des études d’architecture elle entreprend une carrière de chef décoratrice dans le cinéma, le théâtre, et la télévision.
A collaboré avec Pierre Kassowitz, Caroline Huppert, Gérard Krawzyck, ou encore Jacques Perrin et récemment sur les films : Les Innocents de Frédéric Berthe, À la vie, de Jean-Jacques Zilbermann, Le mec de la tombe d’à côté d’Agnès Obadia, Meurtres à Collioure de Bruno Garcia.

Master class, vendredi 5 avril, 9h15

Table ronde, samedi 6 avril, 16h45

Sarah Hatchuel

Professeure en études cinématographiques et audiovisuelles à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et Présidente de la Société Française Shakespeare. Elle est l’auteure de livres sur Shakespeare au cinéma et sur les séries télévisées américaines. Elle codirige la collection Shakespeare on Screen et codirige la revue électronique TV/Series.

Conférence : Ce que Twin Peaks fait aux femmes, samedi 6 avril, 16h

Sophie Fourdrinoy-Delmas

Chef monteuse : Little Bear de B. Tavernier, Engrenage pour Canal+, Go Fast de Olivier Van Hoofstadt. Elle vient de terminer Le convoi de Frédéric Schoendoerffer dont elle a supervisé l’ensemble de la post-production. En 2013 elle a reçu un Music Video Award pour le montage du clip des Yeah Yeah Yeah’s Sacrilege, réalisé par les Megaforce. La diversité des genres reste chez elle une source d’inspiration intarissable.

Table ronde, samedi 6 avril, 16h45