Ce film a inspiré celui de Jacques Audiard De battre mon coeur s’est arrêté. Nous retrouvons ici Harvey Keitel en pianiste frustré et névrosé, petite frappe pour le compte de son truand de père, incapable de s’assumer sexuellement et dont le profil épouse à la perfection les anti-héros sorsesiens à la Taxi Driver.

Rendez-vous donc mardi 26 janvier à 19h10 pour voir ou revoir Mélodie pour un tueur (Fingers) de James Toback.

Un autre rendez-vous à ne pas manquer le lendemain, mercredi 27 janvier à 13h30, l’analyse filmique proposé par Chantal Marchon, De Fingers à De battre mon coeur s’est arrêté : de l’errance à la quête.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.