Description de l'évènement

Aguirre, der zorn gottes

Werner Herzog, RFA, 1972, 1 h 33

En 1560, des conquistadores partent à la recherche de l’Eldorado. Mais leur équipée s’enlise dans les marais. Une petite expédition est alors constituée sous la conduite de Pedro de Ursua et de son second, Lope de Aguirre, un aventurier ambitieux et brutal… « Dès la scène d’ouverture — la procession des conquérants, minuscules silhouettes sur les flancs d’une montagne gigantesque surgissant des brumes —, Herzog donne aux paysages une place écrasante. Dans ce décor grandiose, il arbitre non sans cruauté le combat inégal entre les hommes et la nature. De naufrages en attaques d’Indiens, ce chef-d’oeuvre au lyrisme cru a toutes les apparences d’un film d’aventures. Il est bien plus que cela : une charge inspirée contre la furie d’un monde gangrené par la volonté de puissance et le rêve de pureté qui en découle. Poème hypnotique, épopée tragique, Aguirre est aussi, comme Fitzcarraldo, tourné dix ans plus tard, le portrait saisissant d’un explorateur mégalomane et illuminé. Vampirisé par son personnage, Klaus Kinski fascine jusqu’à la fameuse scène finale. Les yeux exorbités, le corps défait, l’acteur erre parmi les singes et les cadavres. Pathétique souverain régnant sur son « radeau de la Méduse », il est possédé, corps et âme habité par la colère de Dieu ». Mathilde Blottière (Télérama).

Scénario : W. Herzog.
Image : Thomas Mauch.
Musique : Popol Vuh.
Interprètes : Klaus Kinski, Helena Rojo, Del Negro, Ruy Guerra…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.