Description de l'évènement

John Huston, USA, 1955, 1 h 54

Achab, capitaine d’un baleinier, n’a pas oublié sa rencontre avec Moby Dick. Son corps en porte les traces, son esprit aussi. Il n’a qu’une idée, retrouver la baleine blanche. « Moby Dick vu par Huston est l’histoire d’une quête obsessionnelle, d’une odyssée blasphématoire. C’est aussi l’histoire d’un homme ravagé par un instinct de vengeance si puissant qu’il conduira les siens jusqu’aux portes de la mort. Achab est un damné, un impie qui choisit de se révolter contre un dieu qu’il maudit et dont il veut obtenir réparation dans un déluge de fer et de sang. Meurtri dans sa chair comme dans son âme par un monstre gigantesque, un immense cachalot blanc, il emmène ses hommes dans une chasse qui s’annonce dès le début comme un voyage sans retour […]. Ce qui intéresse Huston ce n’est pas tant de narrer l’échec de toute entreprise humaine […] mais de dénoncer de manière violente tous les fanatismes religieux. Moby Dick atteint en effet, lors de nombreux passages, des spasmes et une fièvre anti-religieuse rarement égalés. La scène du sermon du Père Mapple sur la rédemption de Jonas, l’apparition du feu de St Elme ou le final où Achat harponne à mains nues le monstre des mers constituent une succession de paroxysmes savamment organisés, aboutissant finalement à un cataclysme quasi universel ». Sébastien Miguel, (Cadrage).

Scénario : J. Huston, Ray Bradbury, d’après Herman Melville.
Image : Oswald Morris, Freddie Francis.
Musique : Philip Stainton.
Interprètes : Gregory Peck, Richard Basehart, Leo Genn, Orson Welles…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.