Description de l'évènement

Margarethe von Trotta, All. 1986, 2 h 03

Scénario : M. von Trotta ; Image : Franz Rath ; Interprètes : Barbara Sukowa, Daniel Olbrychski, Otto Sander, Adelheid Arndt, Jurgen Holtz…

Personne ne mérite plus que Rosa Luxemburg d’être qualifié de démocrate. Toute sa vie fut consacrée à penser un socialisme de la liberté. Liberté de la presse, liberté d’opinions, liberté religieuse, liberté de vote sont pour elle les conditions d’un futur socialiste. On sait que, si elle ne désapprouva pas le coup de force de Lénine, elle exigea qu’il fût suivi d’élections, elle ne fut pas entendue, et jugea alors que la Russie s’installait dans la dictature. Lorsque Georges Frêche donna au Lycée de Canet son nom, c’était à la démocrate plus qu’à la révolutionnaire allemande qu’il pensait. La rencontre de Margarethe von Trotta avec cette forte figure était inévitable et le film qu’elle a tiré de sa vie n’est ni un biopic encore moins une hagiographie. En faisant le choix d’une construction en « flashback », l’auteure nous offre une sorte de guide kaléidoscopique des moments qui ont marqué tant l’histoire personnelle de Rosa la rouge (Die rote Rosa) que celle du monde. Pour dire un parcours en contraste, elle entrelace vie privée, agitée, et vie publique, encore plus agitée, déroule avec un certain bonheur les prisons et les congrès, alternant camaïeux de gris, vert et marron et couleurs lumineuses. Certains, incapables de saisir le frémissement qui traverse ces images, ont parlé d’académisme à grand tort. Film de femme sur une femme libre Rosa Luxemburg est porté par Barbara Sukowa, prix d’interprétation féminine au festival de Cannes 1986.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.